Livres

Immortelle randonnée – Compostelle malgré moi, Jean-Christophe Rufin

immortelle-randonnée-rufinPourquoi ce livre ?

Feuilleté au petit-déjeuner chez mes parents, je me laisse porter par le début du récit de Jean-Christophe Rufin. Quelques semaines plus tard, mon père me le prête : je me plonge alors avec plaisir dans cette lecture.

De quoi ça parle ?

Jean-Christophe Rufin, académicien et auteur de romans et essais, a entrepris une longue randonnée de 800 kilomètres, sur le Chemin menant jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle. Il raconte dans cet ouvrage ce voyage effectué en solitaire, le long des côtes basques et espagnoles.

Mon avis

J’aime de plus en plus lire des récits de voyage. Ils appellent au rêve, à la liberté et ont chez moi un effet bienfaiteur. Cette fois encore, je suis conquise par ce témoignage. Jean-Christophe Rufin raconte toutes les étapes de son voyage : la préparation ; l’obtention de credencial, un papier précieux pour le pèlerin, qui sera tamponné à chaque étape ; le départ, plein d’entrain ; l’étape décisive, celle où l’onhebdo.ch-Compostelle_Rufin hésite à abandonner tant la douleur et la fatigue prennent le dessus ; le moment où l’on se sent tout simplement bien ; celle où l’on a la foi ; l’arrivée, presque décevante à cause des milliers de touristes qui envahissent les rues de Saint-Jacques…

Le récit n’est pas pompeux. Il est écrit par un débutant, un homme qui découvre au jour le jour ce que veut dire entreprendre le Chemin. Pour cette raison, on se sent proche de Rufin, qui n’officie pas en tant qu’académicien dans ce récit. Il reste humble, révèle ses moments de doute et de faiblesse, raconte les rencontres impromptues effectuées en chemin à la manière d’un promeneur lambda.

On vit finalement avec lui cette aventure humaine. Cette proximité avec le lecteur rend la lecture fluide et agréable ! Par moments, on rêve secrètement de voyager à notre tour. Finalement, l’arrivée à Compostelle déçoit. Le tableau dressé par l’auteur est loin d’être fantastique : touristes envahissants, foules, boutiques de souvenirs en toc, l’effort entrepris par les “vrais” pèlerins semble réduit à néant. Il faudrait sans doute mettre ces courageux marcheurs en avant, au lieu de les faire disparaître dans la masse. Finalement, le point d’arrivée n’est qu’un prétexte : c’est le parcours, le Chemin, qui vaut le coup. A lire absolument si vous aimez les récits de voyage !

RUFIN Jean-Christophe, Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi, éditions Guérin, 2013, 259 pages

6 réflexions au sujet de « Immortelle randonnée – Compostelle malgré moi, Jean-Christophe Rufin »

  1. J’ai entendu parler de ce livre au masque et la plume et l’avais noté. Ta chronique me donne envie de le mettre dans ma valise pour les vacances !

  2. Bonjour,

    J’ai eu la chance de travailler avec Jean Christophe RUFIN dans mes jeunes années (1968 /69 ….ça date !!!), et vous livre ci-après le texte que je lui avais personnellement adressé au lendemain de la parution de son livre :
    Ce fut pour moi un bonheur immense de vous suivre sur le chemin de Compostelle.
    J’ignore sûrement aujourd’hui si le chemin va me saisir comme il vous a saisi il y a plusieurs mois déjà, ce que je sais en tout cas c’est que il m’a permis de franchir la porte de l’Association des amis de Saint-Jacques.
    Je ne sais pas comment je me suis retrouvé sans le vouloir vraiment devant le président de cette docte association, qui ,après un échange bref , mais chaleureux, me remit ma carte de pèlerin, en échange d’un poignée d’euro, moi qui n’était venu que pour demande d’information ….
    Ce qui s’est dit au fond de moi en sortant c’était cette phrase admirable écrite au « sommet du Chemin » :
    J’ai eu le sentiment de voir la réalité se perdre et me permettre d’apercevoir ce qu’il y a au-delà d’elle et qui se diffuse en chacune de ses créatures.
    Cette phrase, je la portais sans le savoir , comme l’ont portée des milliers de pèlerins dont l’objectif était de marcher vers eux –mêmes .
    « Deviens qui tu es « : voilà une injonction que tous ceux qui cherchent le sens de leur vie travaille au plus profond de leur âme ..
    C’est probablement ce qui m’anime depuis des années .
    En dépit d’une course parfois effrénée en tous sens.
    En dépit d’un esprit touche à tout …
    En dépit d’un étrange sentiment d’avoir raté ce que je voulais réussir, et de réussir , au delà de toute espérance , ce que je croyais avoir raté !
    Epris de liberté, ayant toujours refusé d’entrer dans quelque structure que ce soit, fut-elle prestigieuse et susceptible de me faire gravir les marches qui conduisent à la gloire et au succès ..
    J’ai modestement essayé d’être un chercheur de sens , et pour cela j’ai emprunté un bon nombre de casquettes … Médecin par choix dans une Zone Franche Urbaine, Concepteur de Logiciels , Conseil en gestion de Patrimoine et fiscalité , Conférencier ,retraitant assidu dans des Foyers de charité …etc..
    Et en cela , je vous rejoins parfaitement …
    Je fais partie de ceux qui, peut-être comme vous, ont eu une enfance dévastatrice , à la recherche d’ un père absent , d’une soeur dont on m’ avait tout caché jusqu’à sa propre existence . J’étais , et je suis encore un peu le « héros romantique » qui ne marche pas, mais court, ne demeure pas, mais voyage, mieux, qui erre…, « c’est lui dont le galop au bord d’une falaise fait retentir la nuit entre l’infini de la mer et celui du vent, lui encore qui, sous l’orage violent, en appelle un autre d’une autre nature, lui que, dans les allées d’un cimetière de campagne, enveloppé de sa cape noire, l’on voit déambuler au détour d’un chemin . «
    Mais il est une choses dont je suis certain, c’est que,chez vous, il y aura un « après Compostelle », car il vous a été donné la grâce de rencontrer Dieu au sommet de votre chemin,il vous a été donné de connaître l’indicible bonheur de vous dépouiller de tout ce qui vous encombrait, de vous voir emprunter le plus beau des chemins … celui de la liberté ..
    Je terminerai cette courte missive par un extrait de Maurice ZUNDEL :
    Dieu, jamais ne va nous soustraire à la contemplation de l’univers.
    Jamais Dieu ne va interdire quoi que ce soit !
    Il nous jette dans l’immensité de son oeuvre, il nous jette dans la merveilleuse symphonie ou tout s’accorde, ou tout s’unifie, ou tout conduit au même centre que chaque réalité répercute et révèle à sa manière.
    Et également par le souhait de vous rencontrer à Paris ou sur les bords de Marne, si vous le voulez bien ..
    J’ai la témérité de croire que nous aurions un tas de choses intéressantes à nous dire.

    Cordialement :
    Docteur DUCLAUD LACOSTE
    Lauréat de la Faculté de Médecine de Paris
    Spécialiste Qualifié en Médecine Générale
    Ancien Directeur Général de la FINANLYS S.A
    Ancien Gérant de La Générale Européenne de Presse
    Expert en Pharmacologie Clinique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s