Expositions et visites·Films·Spectacles

Bilan culturel de juin 2017

Coucou !

Comme l’année dernière, je suis partie en vacances fin juin-début juillet, et cela a retardé la publication du bilan culturel mensuel. Oups ! De belles découvertes à partager, néanmoins.

Exposition

Dalida, une garde-robe de la ville à la scène

dalida-expo-galliera

Un vendredi soir, une collègue m’a gentiment invitée à découvrir l’exposition sur la garde-robe de Dalida, proposée par le musée Galliera, à Paris. Voir des jolies robes de soirée ou des tenues abracadabrantes de l’artiste me tentait beaucoup ! Et en effet, cela valait le coup.

L’exposition est assez courte : ça, j’aime ! Pas le temps d’avoir mal aux pieds ou au dos.

On retrace la vie de Dalida à travers ses tenues, en déambulant de salle en salle : les vêtements sont parfois somptueux, parfois rigolos, ou même carrément extravagants ! On se verrait bien en essayer quelques uns… En tout cas, je note que la chanteuse avait une très petite taille pour rentrer dans des robes aussi étroites !

Très jolie découverte, à tenter jusqu’au 13 août 2017 au Musée Galliera.

Spectacles

Le Siffleur et son quatuor à cordes

le-siffleurC’était le dernier spectacle de la saison théâtrale de ma ville et j’avais hâte de le découvrir ! Car le Siffleur a une belle réputation dans le monde du spectacle et j’ai même failli acheter des places durant l’année pour aller le voir à Paris, oubliant que j’avais déjà réservé la soirée près de chez moi (mémoire de poisson rouge, bonjour !).

C’était bien sûr à la hauteur de mes attentes ! En costume-nœud papillon, entouré par un quatuor à cordes de musiciennes, Fred Radix – alias le Siffleur – prend place sur une scène vide, debout sur une petite estrade. Et se met à siffler ! Cet homme-là doit avoir les cordes vocales bien huilées, car il ne rate aucune note et parvient même à siffler de grands airs de musique aux notes aiguës et acérées.

Il alterne sifflement d’airs d’opéra connus, de musiques classiques et de grands tubes populaires et joue avec le public, avec un humour pince-sans-rire qui désarçonne avant de séduire.

C’est un art original que l’art de siffler : il fallait beaucoup de cran pour oser en faire un spectacle. C’est réussi ! A voir !

Carmen à l’Opéra Bastille, par Calixto Bieito

carmen-opera-bastilleIl y a quelques mois de cela, j’ai invité une amie à l’opéra pour ses 30 ans : j’ai choisi le fameux Carmen de Bizet et de très bonnes places. Notre soirée était faite !

C’était d’abord l’occasion de découvrir l’opéra Bastille de Paris : moderne, cette salle conçue en 1989 n’est pas très esthétique – de l’extérieur comme de l’intérieur. Pourtant, les larges couloirs et la grandeur de la salle de spectacle m’ont ébloui dès le début : attention, nous ne sommes pas au théâtre. Cela s’apparente plus à un stade qu’à un théâtre classique.

Enfin, la soirée a commencé : j’avais des étoiles plein les yeux durant 2h30 ! La première partie a frappé fort avec une Carmen séductrice et mystérieuse, dans un univers des années 60 : chœur d’enfants, soldats, ouvrières évoluent dans un décor épuré, où trônent une cabine téléphonique et un drapeau espagnol. Par la suite, la scène s’est remplie de vieilles voitures qui figuraient ainsi le camp de bohémiens : magnifique idée !

carmen-opera-bastille-scene

Carmen, incarnée par la belle Anita Rachvelishvili, prenait toute la place avec sa voix en or et sa présence scénique : sauvage, indépendante, rebelle, c’est une allégorie de la liberté et de l’amour ! Une de mes héroïnes, c’est certain.

Anita Rachvelishvili
Anita Rachvelishvili

Déjà séduite par l’opéra de Bizet, je suis tombée sous le charme de cette mise en scène moderne et inattendue, qui démontre que l’histoire de Carmen est intemporelle.

« L’amour est un oiseau rebelle que nul ne peut apprivoiser.
Et c’est bien en vain qu’on l’appelle, s’il lui convient de refuser ! »

Cinéma

Une seule sortie ciné en juin ! J’ai perdu le rythme…

Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar, de Joachim Rønning et Espen Sandberg

affiche-pirates-des-caraibes-la-vengeance-de-salazar

Rien d’extraordinaire dans ce cinquième volet des Pirates des Caraïbes. On y retrouve avec plaisir mais sans surprise les formules habituelles : malédiction, méchant pirate, vieux ennemis devenus amis, humour, amour, rhum et cascades en bateaux de pirates.

C’était une sortie entre amis qui ne demandait rien de plus que cela : un film d’aventure avec des clins d’œils aux précédents films de la saga et un Johnny Depp fidèle à son personnage Jack Sparrow.

L’arrivée de deux nouveaux héros rafraîchit un peu l’histoire mais ils prennent vite les rôles des jeunes amoureux courageux qu’incarnaient auparavant Keira Knightley et Orlando Bloom.

Même si j’ai passé un bon moment, je crois qu’il est temps que la franchise s’arrête. Pas de renouvellement dans le scénario, inventez autre chose, que diable !

A très bientôt pour le bilan de juillet !

Films·Musique et concerts·Spectacles

Bilan culturel de mai 2017

Un joli bilan du mois de mai !

Spectacles

Jekyll and Hyde

jekyll-and-hydeJ’ai toujours été fascinée par l’histoire de L’Etrange cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde, fameux roman de Robert L. Stevenson. Cette adaptation de Pascal Salaun fut une belle occasion de la redécouvrir sur scène.

Et quelle surprise ! Un vrai bijou théâtral, porté par un seul et unique acteur, Pierre Azéma. Ce monologue en huis-clos aurait pu vite m’ennuyer, mais c’était sans compter sur ce comédien très talentueux ! J’étais totalement bluffée par cette double incarnation : à la fois Jekyll, scientifique solitaire vieillissant, timide et dépressif ; mais aussi Hyde, audacieux et dangereux séducteur plein de vie ! D’une seconde à l’autre, le corps, la voix, la posture de l’acteur changent… Incroyable performance théâtrale !

Pierre Azéma a été récompensé au Festival d’Avignon Off en 2014, en raflant le prix d’interprétation masculine. C’est un talent à suivre ! Magnifié par une mise en scène simpliste et sombre, il a charmé le public en deux temps, trois mouvements. Un rôle à sa mesure !

Darius, au Théâtre des Mathurins

darius_affiche

J’ai entendu parler de cette pièce à plusieurs reprises avant de me laisser tenter. Deux arguments m’ont convaincue : Clémentine Célarié, comédienne talentueuse que je trouve très classe ; et l’histoire d’une mère qui demande à un parfumeur de réaliser des parfums de villes et de souvenirs pour faire voyager son fils en fin de vie…

Cette pièce, écrite par Jean-Benoît Patricot, est une pièce épistolaire. Fait rare pour du théâtre il me semble. Un risque osé et réussi, aussi grâce à la mise en scène d’Anne Bouvier. Elle prend le parti de faire circuler les deux comédiens – Clémentine Célarié et Pierre Cassignard – sur scène, en même temps, en train de se parler sans se voir, puisqu’ils « s’écrivent » des courriers et les « lisent » à voix haute. Deux personnages qui ne se rencontrent jamais sur scène, mais sont pourtant bien présents l’un à côté de l’autre. Un choix de mise en scène audacieux qui a su me charmer !

Les deux comédiens, décidément très doués, parviennent à nous faire voyager rien que par les mots. Avec eux, nous sentons l’odeur de l’Italie, de la chaleur des rues, de l’enfance de Darius dans une rue parisienne, de la douce quiétude d’Amsterdam, l’odeur du sable et du métal de Star Wars… Possédés par leurs personnages, ils offrent leur cœur au public et finissent autant émus que nous.

Magnifique pièce et magnifiques acteurs ! Une affiche et un théâtre qui ne payent pas de mine, mais du talent en-veux-tu-en-voilà !

Visite

Atelier de mixologie au Ballroom

The Beef Club Ballroom, Paris, France
Ballroom du Beef Club (Paris) – © Ballroom du Beef Club

Ce n’était pas vraiment une visite ni une sortie culturelle, en revanche, ce fut une belle découverte et j’avais envie de vous en parler.

C’est dans ce magnifique bar parisien qu’est le Ballroom, caché en sous-sol aux abords de Châtelet, que j’ai suivi un cours de mixologie avec ma copine Lily. Cadeau de Noël qui s’est révélé très enrichissant et a réveillé chez moi une nouvelle passion : réaliser des cocktails.

Nous étions une quinzaine de personnes accoudées au bar, devant un prof barman très sympathique et accessible. L’objectif de la soirée : passer chacun son tour derrière le bar pour réaliser un cocktail, puis le faire goûter aux autres. Vous vous en doutez : nous sommes tous rapidement devenus copains… Hum ! Pas de mojito ni de cosmopolitan ici. Attention, on est chez les pros et on fait du cocktail de compèt’ aux noms impossibles à retenir, et avec des alcools du bout du monde !

J’ai depuis acheté tout le matériel nécessaire : shaker (pour mélanger avec les glaçons), jigger (pour doser correctement les ingrédients), passoire (pour filtrer les glaçons), verres à cocktails, alcools de base, bitter (sorte d’assaisonnement très courant dans les recettes de cocktails) et un livre géant pour tout savoir sur le sujet ! Je suis encore en phase d’entraînement, mais bientôt, je ferai des tests sur personnes consentantes.

Ce fut vraiment une belle soirée ! Si vous avez besoin d’une idée cadeau ou que vous voulez vous faire plaisir, c’est une offre proposée par le site Pro Dégustation.

Concert

Musiques de films et comédies musicales, ensemble orchestral des Hauts-de-Seine

musiques-de-films-et-comedies-musicales_ensemble-orchestral-des-hauts-de-seine

Vous le savez, j’aime tout autant la musique et le cinéma. Impossible, donc, de passer à côté d’un concert de musiques de films et de comédies musicales, donné par un ensemble orchestral.

Celui des Hauts-de-Seine a la particularité d’être un orchestre à cordes uniquement. Pas de percussions ni d’instruments à vent, ce qui m’a parfois manqué dans les musiques entendues ce soir-là. Malgré cela, ce fut une belle soirée musicale, me replongeant dans l’histoire du cinéma que j’ai tant aimée étudier : musiques de Francis Lai (Un homme et une femme), John Barry (Danse avec les loups, Amicalement vôtre), Ennio Morricone (Le clan des Siciliens), Nino Rota (Le Parrain), Michel Legrand (Les Parapluies de Cherbourg et Les Demoiselles de Rochefort !), Nicola Piovani (La vie est belle)… L’orchestre a rendu hommage aux plus grands compositeurs du cinéma.

Il manquait cependant des musiques plus récentes, des compositeurs plus actuels… c’est aussi ce qu’a pensé un petit garçon assis derrière moi, qui s’est exclamé en lisant le programme : « c’est de la musique de vieillards ! ». Une petite touche de modernité en plus (comment éviter Star Wars ou Harry Potter ?) et ç’aurait été parfait. Néanmoins, cette soirée m’a donné envie de me plonger dans l’histoire du cinéma et de voir (ou revoir) des grands classiques. Une bonne chose !

Cinéma

Deux belles découvertes ciné en dehors des sentiers battus !

cine-mai2017

On l’appelle Jeeg Robot, de Gabriele Mainetti

Attention, pépite ! Ce film italien, qui ne paye pas de mine à première vue, a raflé plusieurs prix dans des festivals de cinéma très honorables, comme le prix du jury de Gérardmer 2017. Et c’est mérité ! Il raconte l’histoire d’Enzo, voleur et petit délinquant solitaire, qui devient super-héros au contact de substances radioactives. Encouragé par la jeune Alessia, démente réfugiée en enfance, Enzo devient Jeeg Robot et va lutter contre le Gitan, psychopathe délirant qui sème la terreur à Rome.

Réutilisant les codes des films de super-héros américains, On l’appelle Jeeg Robot s’amuse des clichés et jongle entre film social et parodie humoristique. On passe du rire aux larmes, on est révolté puis hilare. La violence est atténuée par l’humour, le sérieux du super-héros adouci par la folie d’Alessia et du Gitan. Un film que j’ai adoré et qui dépoussière le schéma classique du héros sauvant sa belle et détruisant le méchant de service. Un bol d’air frais !

The Young Lady, de William Oldroyd

Direction l’Angleterre du 19e siècle ! Une jeune fille se retrouve mariée à un homme plus âgé, mais il n’y a ni amour ni complicité dans ce couple morne. Toujours seule, sans amis ni famille aimante, elle s’ennuie à mourir dans sa nouvelle demeure. Jusqu’à ce qu’elle rencontre le jeune palefrenier… Elle est prête à tout pour reprendre le pouvoir… et sa liberté.

Attention, The Young Lady n’est pas un film à l’eau de rose ou une romance à la Jane Austen. C’est un film dramatique qui frôle le thriller psychologique et met parfaitement mal à l’aise. Katherine, héroïne glaçante incarnée par l’incroyable Florence Pugh (âgée de 21 ans !), semble vidée de toute émotion. D’abord empathique avec elle, on devient horrifié par son comportement et ses décisions ! Elle est vraiment prête à TOUT pour choisir sa vie, et elle réduit en poussière la moindre barrière. Ce personnage diabolique est porté par une ambiance unique : plans fixes, inaction, silences, froideur des lieux, couleurs froides… Il n’y a pas de vie dans ce film, pourtant, nous sommes hypnotisés. La cruauté de Katherine contraste avec son allure fantomatique et son environnement digne d’une nature morte.

C’est un film étrange très bien construit, qui ne vous laisse pas indemne et donne l’impression de revenir d’entre les morts en sortant de la salle de cinéma.

Rendez-vous fin juin pour la suite de mes aventures culturelles !

Expositions et visites·Films

Bilan culturel d’avril 2017

Le mois d’avril détient à ce jour la palme du mois le plus pauvre en découvertes culturelles… Une semaine de vacances puis deux semaines de repos maladie auront eu raison de mes sorties…

Visite

La Fête de la Coquille Saint-Jacques des Côtes d’Armor 2017

affiche-fete-de-la-coquille-saint-jacques-erquy-2017En bons gourmands, nous avons planifié nos 5 jours de vacances en Bretagne en fonction de la Fête de la Coquille ! Nous avons l’habitude d’aller passer quelques jours dans cette région et avions toujours raté cet événement. Cette fois-ci, pas question !

La Fête de la Coquille tourne chaque année, entre trois villes de la baie de Saint-Brieuc (haut lieu de pêche de la coquille Saint-Jacques) : Erquy, Saint-Quay Portrieux et Paimpol. En 2017, le hasard nous a mené à Erquy, un petit coin tranquille entre Saint-Brieuc et Saint-Malo.

Durant deux jours, nous avons donc dégusté une vingtaine de coquilles chacun. Juste dorées à la plancha, sous nos yeux, et servies dans un petit verre en plastique ou une petite boîte, agrémentées de riz au curry ou de purée.

IMG_5620

Les touristes côtoient les gens du coin dans ce petit port de pêche ensoleillé et rendu piétonnier pour l’occasion. On déambule au milieu des stands de spécialités – kouign amann, gâteaux bretons, peintures et sculptures d’artistes locaux, bijoux fait main, bonbons, bar à cidre et bière…

Ma partie préférée : le marché aux poissons où l’on vend un kilo de coquilles 3,80 € et où l’on peut déguster 6 huîtres pour 5 €.

IMG_5612

Ici, les connaisseurs expliquent la pêche à la coquille, la manière de la cuisiner… saviez-vous par exemple qu’une coquille Saint-Jacques fraîche ne peut pas être vendue avec son corail entre septembre et avril ? Le corail étant l’organe reproducteur de l’animal, et la période de reproduction (interdite à la pêche) ayant lieu de mai à septembre, il s’agira forcément d’une coquille congelée de l’année précédente. Pas de corail sur les coquilles fraîches ! Retenez cela la prochaine fois que vous irez chez le poissonnier.

IMG_5614

Bref ! Vous le sentez sûrement, cet événement m’a beaucoup plu et m’a aéré l’esprit. Les deux soirées se sont terminées en musique, d’abord avec le loufoque et passionnant Sanseverino, ensuite avec le rock breton de Merzhin.

C’est un week-end que je vous conseille, si vous avez l’occasion d’y aller aux prochaines éditions ! Aéré, instructif, amusant et plein de gourmandises.

Cinéma

affiche_kong-skull-island

Kong Skull Island, de Jordan Vogt-Roberts

Je suis assez fan du personnage de King Kong et j’avais beaucoup apprécié le film d’origine de 1933 et la version 2005 de Peter Jackson. Cette fois-ci, je fus assez déboussolée. Le scénario est assez différent de l’histoire originale : il se concentre sur la rencontre entre les hommes et le gorille géant et fait de leur cohabitation le sujet du film. Même si cela aurait très bien pu me convaincre, je n’ai pas supporté la violence et l’action continues… De plus, le réalisateur extrapole et imagine une île peuplée de créatures géantes. Il n’y vit pas qu’un gorille géant, mais aussi une araignée géante, un … L’équipe de militaires qui découvre les yeux écarquillés ce monde incroyable ne m’a pas plus touchée que ça. Pour toutes ces raisons, je suis sortie déçue de la séance cinéma, étonnée par ces choix et peu convaincue.

Voilà, ce sera tout pour moi cette fois-ci. Rendez-vous fin mai !

Expositions et visites·Films·Musique et concerts·Spectacles

Bilan culturel de mars 2017

Oups… le bilan du mois de mars arrive un peu tard, mais je n’ai pas eu le temps de me consacrer à cet article avant aujourd’hui.

Concert

Odino à Bobino

Odino-Affiche-BobinoJe connaissais cet orchestre « pop-symphonique » depuis quelques années mais n’avais jamais eu l’occasion d’aller le découvrir. En mars, l’occasion s’est présentée ! Je dois dire que j’en suis sortie ravie et heureuse. Odino est donc un orchestre libre de ses mouvements, vivant et drôle. Chaque musicien a droit à sa minute de gloire, de la contrebasse à la harpe, en passant par le hautbois, le violon ou le tambour. Ils sourient, rient, tapent des mains, s’agitent sur leurs chaises… bref, ils vivent !

Le chef d’orchestre, lui, joue le pédagogue et s’amuse avec le public. Il fait participer quelques spectateurs en leur confiant des instruments ; permet à une jeune femme n’ayant jamais touché d’instrument de se mettre au piano, accompagnée par tout l’orchestre…

C’est un spectacle didactique et joyeux, qui montre que la musique, qu’elle soit pop, classique, reggae, rock ou jazz, utilise le même outil (les notes) et peut toucher chacun d’entre nous. A voir si vous le pouvez !

Spectacle

BP Zoom – Mélange 2 Temps

bp-zoom

Ca faisait un moment que je n’avais pas vu de spectacle de clown. Celui-ci fut parfait ! Deux énergumènes aux bouilles attendrissantes ont investi la scène pendant plus d’une heure, presque muets, mais très expressifs. Maladroits, drôles, malins, curieux et touchants, ils s’amusent d’un rien. Tout devient poésie : un panier où sont suspendus des ballons d’hélium devient tout à coup mongolfière, une mini-Tour Eiffel à leurs pieds symbolise la hauteur… Et on y croit !

Le public était rempli d’enfants et leurs rires constants ne trompaient personne : BP Zoom est un duo amusant plein de malice. Leur spectacle s’apparente à une parenthèse pendant laquelle on prend le temps de redevenir enfant et de s’émerveiller d’un rien. Essentiel.

Visite

Livre Paris 2017

Livre-Paris-salon-du-livre-à-Paris-2017

Cela faisait quelques années que je n’étais pas allée à cet événement jadis prénommé « le Salon du Livre » (trop explicite sans doute). Cette année, il se trouve que j’ai gagné deux entrées au travail, alors je n’ai pas trop hésité.

Accompagnée d’une amie, je me suis rendue au Parc des Expos de Paris le dimanche. Je n’ai malheureusement pas pu croiser certain(e)s d’entre vous, mais je croise les doigts pour la prochaine fois.

Toujours est-il que j’ai beaucoup aimé cette édition et que j’en ai bien profité : j’y ai passé tout l’après-midi. D’abord, mon amie et moi avons mené l’enquête pour la SNCF, qui proposait un petit jeu de piste dans le salon. Cela nous a bien amusées et nous a permis de gagner un polar et un joli tote-bag. Pourquoi se priver !?

Nous avons ensuite déambulé dans les allées, en échangeant au gré de notre promenade sur les auteurs ou éditeurs que nous croisions. J’en ai profité pour acheter (et me faire dédicacer) deux bandes-dessinées et un roman : La légèreté de Catherine Meurisse, Mars Horizon de Florence Porcel et Erwann Surcouf et Memorex de Cindy van Wilder. Un joli butin que je ne regrette pas ! Je n’ai encore rien lu mais j’attends le bon moment pour me lancer dans chacune de ces lectures.

Je suis rentrée éreintée mais heureuse de ma journée ! Une belle expérience que je vous recommande si vous aimez déambuler sans but. Je n’ai pas attendu des heures dans des files d’attente (puisque je déteste ça !) mais j’ai quand même eu de belles dédicaces d’auteurs que j’admire, alors tout est possible ! L’improvisation était la meilleure chose à faire.

Cinéma

cine-mars2017

Patients, de Grand Corps Malade et Mehdi Idir

N’ayant pas lu le livre de Grand Corps Malade, racontant son accident et son séjour en centre de rééducation, je me suis laissée tenter par le film. Quelle belle surprise ! Pas de ton dramatique, pas de violons, peu de larmes dans cette adaptation très humaniste : l’humour est à l’honneur et les personnages hauts en couleur, portés par des acteurs très convaincants. C’est une ode à la vie qui montre que le handicap peut frapper n’importe qui, et qu’il n’est pas simple d’apprendre à vivre avec. Pourtant, les héros de ce film le font avec pudeur et humour, n’hésitant pas à taquiner les aides-soignants et à se chercher eux-mêmes. Très belle découverte !

La Belle et la Bête, de Bill Condon

Je vais sans doute fâcher les puristes et les fans de la première heure, mais je ne suis pas sortie très emballée du cinéma, après avoir vu cette énième adaptation. J’y suis allée par curiosité, pour pouvoir comparer ce film à La Belle et la Bête de Christophe Gans, mais aussi en ayant en tête le dessin animé Disney, l’adaptation en comédie musicale et le roman d’origine de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve.

Bien sûr, j’ai aimé les jolies couleurs, le village parfait, les robes virevoltantes de Belle, le splendide jardin et l »incroyable château de la Bête. Les chansons rappellent évidemment le dessin animé et donne une légèreté supplémentaire à l’histoire. Mais je n’ai pas été transportée ou fascinée… Je me suis même un peu ennuyée, trouvant parfois le temps long. L’ensemble est finalement très enfantin : c’est un copié-collé du Disney, voilà tout. Je ne sais pas ce que j’attendais de plus mais j’ai finalement préféré la version de Gans, plus sombre, plus adulte, bien qu’un peu trop « froide ».

Voilà pour le mois de mars ! A très vite pour le bilan d’avril.

Films·Musique et concerts·Spectacles

Bilan culturel de février 2017

Coucou !

Même si le mois était un plus plus court, ça ne m’a pas empêché de faire de jolies trouvailles culturelles.

Spectacles

La Bayadère au Palais des Congrès de Paris

la-bayadere_palais-des-congres-parisUne amie m’a proposé de découvrir ce ballet de Marius Petipa, alors je me suis laissée tenter par ce spectacle totalement inconnu au bataillon. Ce fut une belle découverte, même si j’avoue avoir piqué du nez lors du dernier acte, bercée par la musique et les lumières bleutées.

Il s’agit donc d’un ballet chorégraphié par un Français, présenté en Russie et qui situe son action en Inde. Un beau mélange ! Les couleurs chatoyantes du décor oriental sont en décalage avec la musique très « classique » russe et la chorégraphie de ballet, et c’est ce qui fait la richesse de l’ensemble !

J’ai bien fait de lire l’histoire avant d’y aller car mes copines étaient perdues à l’entracte : une histoire d’amour impossible entre une bayadère (danseuse indienne) et un guerrier, contrariée par la jalousie d’un brahmane et d’un rajah.

la-bayadere_palais-des-congres-paris_danseuse

Au-delà de l’histoire, j’ai été émue par les danses, notamment celles de la bayadère, mais aussi par les décors et les costumes. Une belle soirée de découverte !

Finale de la Coupe de France de hockey sur glace

hockey_finale_coupe_france_2017_grenoble-rouenJe ne connaissais jusqu’alors absolument rien au hockey sur glace mais on nous a proposé d’assister à la finale de la Coupe de France, alors pourquoi pas !

Les Dragons de Rouen affrontaient les Brûleurs de loups de Grenoble (grands gagnants !), nous n’avions pas d’équipe favorite mais nous étions à côté des Rouennais dans les gradins de l’Accor Hotels Arena. L’ambiance était au rendez-vous !

Un public familial et bon enfant était réuni pour assister à cette finale française. Je me suis tout de suite sentie motivée par l’ambiance générale : animations pom-pom girls et mascottes, musiques rythmées, cris de joie, chants, applaudissements… avant même que le match commence, la salle était rayonnante.

hockey_finale_coupe_france_2017_grenoble-rouen_logos

Durant le match, je n’ai pas eu le temps de suivre le palet qui glissait à vitesse grand V sur la patinoire, mais je me suis laissée porter par les supporters et par les joueurs, grands et costauds, harnachés comme des cosmonautes. Très chouette après-midi de sport ! La coupe du monde arrive bientôt, nous irons peut-être y jeter un oeil…

Ballet Bar, Compagnie Pyramid

ballet-bar_danseUn peu de danse, ça ne fait jamais de mal ! Je ne suis pas habituée aux spectacles de danse, mais j’essaye d’ouvrir mes horizons. C’est pourquoi un dimanche de février, nous sommes allés découvrir Ballet Bar près de chez nous, spectacle dansé mis en scène par la Compagnie Pyramid (des Rochefortais ! Vive la Charente-Maritime !).

Dans un décor de bar new-yorkais, cinq hommes en costume jonglent entre danse hip-hop, mime et théâtre d’objet. Sur une musique grésillante, variant du jazz au charleston, en passant par la pop ou le classique, ils envahissent l’espace accompagnés de leurs chapeaux et vestes.

Il m’a manqué un peu plus de scénario, mais j’ai tout de même apprécié ce spectacle très poétique et drôle. Ma faiblesse ? Toujours chercher le sens, l’histoire. Les moments où je me suis laissée porter furent les meilleurs. Une belle réussite !

Musique

Sum 41 au Zénith de Paris

sum-41_zenith-parisC’était le cadeau d’anniversaire de mon homme ! Bien que je ne sois pas fan du punk-rock, celui du groupe canadien Sum 41 m’est assez familier : il a fait partie de mon adolescence. Nous les avions aussi vus lors de l’édition 2016 de Rock en Seine.

Le show fut à la hauteur de la folie du groupe : beaucoup de chansons connues, qui ont entraîné tout le public ; une mise en scène punk dont l’apothéose fut l’apparition d’un squelette géant sur scène ; un groupe qui ne se prenait pas au sérieux et jouait beaucoup avec le public. J’ai profité de cette ambiance pour me défouler, et ça fait du bien !

Un gros hic cependant : un son particulièrement mauvais, même avec les deux premières parties. Il me semble que le Zénith a du souci à se faire…

Cinéma

Trois films ce mois-ci ! Youhou ! J’ai tout aimé, même s’ils sont très différents les uns des autres.

Je vais essayer d’y aller une fois par semaine, c’est ma résolution…

cine-fevrier2017

La la land, de Damien Chazelle

Quel magnifique film ! Je me suis laissée porter par sa fabuleuse musique, ses couleurs pétillantes, ses acteurs beaux et amoureux, cette histoire d’amour qui vit et meurt, de manière très réaliste. Bref, j’ai tout aimé ! Dès le début, j’ai su que j’allais adorer l’ensemble. Cette scène d’ouverture à la Grease casse la baraque et nous en met plein les yeux. Les multiples références cinématographiques (Singing in the rain, Les demoiselles de Rochefort, Les Parapluies de Cherbourg…) ont fini de me convaincre : j’adore tous ces films ! La mise en valeur de l’art (danse, musique, théâtre, peinture, chant, écriture…) m’a aussi touchée. Tout ce qui compte dans la vie est dans La la land. J’aime écouter la bande-son en boucle et je m’achèterai le DVD à sa sortie. C’est un film qui fait du BIEN, et bon sang, on en a tellement besoin !

L’ascension, de Ludovic Bernard

C’est une comédie qui me tentait bien et je ne fut pas déçue ! Quelle incroyable histoire que celle de ce jeune homme sans emploi, vivant en Seine-Saint-Denis au milieu des barres d’immeuble, qui décide sur un coup de tête et sans aucune préparation d’aller escalader l’Everest ! Savoir que c’est une histoire vraie a fait que je suis sortie encore plus convaincue. Ahmed Sylla est drôle et touchant dans le rôle du héros balbutiant, ses amis tous plus foufous les uns que les autres apportent de la fantaisie et font qu’on ne s’ennuie jamais. Une bonne comédie rafraîchissante !

Moonlight, de Barry Jenkins

En apprenant que Moonlight avait reçu l’Oscar du Meilleur Film 2017, je me suis empressée d’aller le découvrir un soir de semaine. Et QUELLE CLAQUE ! C’est un de ces films « coup de poing » qui vous hante quelques heures après son visionnage et vous fait trembler les coins des yeux… Même si j’étais assez déstabilisée par ce cadrage un peu flou, hésitant, cette caméra mouvementée, j’étais en totale empathie avec le personnage central, enfant et adolescent harcelé, abandonné, isolé, puis homme blessé à l’épaisse carapace. Trois périodes de sa vie, trois âges, trois acteurs magnifiques, aux regards et corps expressifs… PFIOU ! La difficulté d’être soi au milieu des autres… Merveilleux film !

Voilà pour février. Rendez-vous dans un mois pour la suite de mes aventures culturelles !

Expositions et visites·Films·Musique et concerts·Spectacles

Bilan culturel de janvier 2017

Expositions / Visites

Oscar Wilde, Petit Palais

affiche-oscar-wilde-petit-palaisCa faisait quelques semaines que j’avais envie de découvrir cette exposition consacrée à Oscar Wilde. J’ai finalement réussi à m’y rendre quelques jours avant la fin, en compagnie d’une collègue.

Malgré l’espace étroit et la foule compacte, j’ai apprécié l’ensemble de l’exposition, riche en objets et écritures ayant appartenu à l’auteur, mais aussi en peintures, photographies et citations. Le tout illustre bien l’époque et le caractère bien trempé de cet homme malicieux. Il apparaît très drôle et sympathique, talentueux et moqueur, libre et courageux.

Ses critiques de peintures sont tout simplement savoureuses : il dit sincèrement sa pensée, qu’il aime ou qu’il n’aime pas. Une expo vraiment intéressante et très riche !

Albert Besnard, Petit Palais

affiche-albert-besnard-petit-palaisJe ne connaissais pas Albert Besnard, mais l’exposition consacrée à ce peintre du début XXe étant à proximité de celle sur Oscar Wilde, je n’ai pas hésité à aller la découvrir.

Il se trouve que j’ai plutôt apprécié ces peintures, surtout les portraits. Besnard peint et dessine de manières très différentes : on a parfois du mal à croire qu’il s’agit du même artiste ! Les œuvres colorées côtoient les gravures morbides, et c’est assez surprenant !

J’en suis ressortie admirative de ce peintre et ravie d’avoir découvert son travail, si particulier soit-il.

Les Lapidiales, Port-D’Envaux (Charente-Maritime)

lapidiales-port-d-envaux

Durant un week-end chez mes parents, nous avons visité le site des Lapidiales, situé à proximité de Port-d’Envaux (un charmant village par ailleurs). Il s’agit d’une ancienne carrière de calcaire investie par des sculpteurs depuis 2001. Les sculptures envahissent la roche et créent un lieu vraiment magique !

lapidiales-terre-planete-vie_sergey-milchenko
Terre Planète Vie – MILCHENKO Sergey
lapidiales-de-labime-a-lazur_valentina-dusavitskaya-et-yury-tkachenko
De l’abîme à l’azur – DUSAVITSKAYA Valentina et TKACHENKO Yury
lapidiales-dans-le-ventre-du-monde_hugo-battistel
Dans le Ventre du Monde – BATTISTEL Hugo
lapidiales-de-labime-a-lazur-alain-dony
De l’abîme à l’azur – DONY Alain

On se croirait dans un labyrinthe de pierre, entouré d’œuvres gigantesques (plusieurs mètres parfois) qui émerveillent ou font froid dans le dos. Nous avons passé un certain temps dans ces lieux, observant chaque recoin, savourant les plus grandes sculptures.

C’est un lieu incroyable que je vous conseille à 100 % ! Je suis encore sous le charme de ces gens de pierre et cette ambiance fantastique… L’accès étant toujours ouvert et gratuit, vous avez tout intérêt à vous promener dans ce coin hors du temps.

Paris Cocktail Week 2017 : bar du Bristol

paris-cocktail-week-2017Une amie m’a fait découvrir la Paris Cocktail Week, événement qui permet, durant une semaine, de goûter des cocktails à prix réduits dans 50 bars parisiens. Nous avons choisi de tester le M-Fizz, proposé au bar du célèbre palace Le Bristol, histoire de visiter ce lieu très sélect.

Un peu mal à l’aise à l’arrivée, par le lieu imposant, la clientèle très chic et le service parfait, au-delà de nos espérances, nous avons fini par nous décontracter devant le cocktail choisi.

cocktail-m-fizz-moutai-le-bristol-paris-cocktail-week

Réalisé à base de Moutai, alcool chinois très populaire, ce cocktail était vraiment particulier : un peu amer, il avait cette ambiguïté que l’on retrouve dans le café. Nous étions vraiment déstabilisées par cette boisson qui ne ressemble à rien d’autre, mais contentes d’avoir pu la tester.

Au-delà de la boisson, le cadre était magnifique et le service aux petits soins : pas moins de 4 personnes se sont occupées de nous dès notre arrivée dans le palace jusqu’au bar ; un petit cocktail vodka-citron vert de bienvenue accompagné de noix de cajou à volonté étaient très appréciables ; le verre d’eau final et l’écoute parfaite des serveurs a fini de me convaincre. Ca fait plaisir de se sentir important, parfois !

bar-le-bristol

Spectacles

A tort et à raison, mise en scène de Georges Werler

a-tort-et-a-raison_affiche

J’ai eu l’occasion de découvrir Michel Bouquet sur scène, dans la pièce « A tort ou à raison » de Georges Werler, et je ne fus pas déçue par le comédien !

Il incarne le célèbre chef d’orchestre Wilhelm Furtwängler, jugé en 1946  à Berlin par le commandant américain Steve Arnold. Il est accusé d’avoir continué à diriger la Philharmonie durant le régime hitlérien.

C’est un texte très riche qui interroge sur le rôle et la place de l’art (et des artistes) par rapport à la politique. La mise en scène m’a convaincue (une salle biscornue et remplie d’objets), tout comme les acteurs, à la fois touchants et drôles. Il était émouvant de voir Michel Bouquet (91 ans !) soutenu par les autres comédiens, aux petits soins pour lui. Une belle soirée de théâtre !

Roméo et Juliette, mise en scène d’Anthony Magnier

romeo-et-juliette_afficheJe n’avais jamais vu de mise en scène de la mythique pièce de Shakespeare : je n’ai pas hésité longtemps en réservant mon abonnement au théâtre.

C’est une mise en scène très moderne et audacieuse proposée par Anthony Magnier : le décor est fait de quatre portes vitrées mobiles et de lumières froides ; les costumes de blousons de cuir ornées de fraises victoriennes, de jupes et shorts d’aujourd’hui ; la musique électro-pop accompagne la batterie omniprésente, jouée en direct sur scène.

L’ensemble est rock, épuré. J’ai bien sûr été déstabilisée par ces choix, mais je les comprends. Le texte de Shakespeare est encore d’actualité et il s’adapte très bien à la modernité de cette mise en scène. A la fois comique et tragique, l’ensemble nous fait rire (mention spéciale au prêtre entonnant un gospel avec le public) et nous émeut (je pense à la brutalité de l’échange entre Juliette et son père lorsqu’elle refuse le mariage qu’il lui impose).

Un peu déçue par la mise en scène et par la longueur du spectacle, je suis toutefois heureuse d’avoir entendu ce texte et j’ai bien envie de le lire une bonne fois pour toutes !

Musique

Orchestre de la Garde Républicaine et Emmanuel Rossfelder

garde-republicaine_emmanuel-rossfelder

Quel concert ! J’étais déjà heureuse d’aller écouter l’Orchestre de la Garde Républicaine interprétant du Beethoven et du Mendelssohn, mais la surprise fut de taille avec l’intervention d’Emmanuel Rossfelder, guitariste classique virtuose. Je ne connaissais pas ce musicien, mais il m’a fait forte impression ! L’accord entre guitare classique et orchestre symphonique était audacieux et original, mais je me suis laissée convaincre. Le fameux Concierto de Aranjuez (vous allez reconnaître si vous l’écoutez) nous plonge au cœur de l’Espagne – et un peu de soleil par les temps qui courent, ça ne fait pas de mal.

Qui plus est, le guitariste était particulièrement drôle : il jouait avec le public, en disant par exemple : « et maintenant, nous allons vous interpréter un magnifique morceau du plus grand compositeur espagnol, qui a inventé toute la technique de la guitare, il s’agit bien sûr de… », en attendant la réponse du public. Qui ne venait pas bien sûr, car les compositeurs pour guitare sont peu connus du grand public. Drôle et talentueux !

J’ai acheté son dernier album solo en sortant et lui ai fait dédicacer. C’est si beau ! J’ai aussi eu envie de reprendre la guitare, avec un prof. Vous ne le savez peut-être pas mais j’en ai fait 7 ans en école de musique et j’ai un peu perdu la main depuis… En tout cas, j’étais convaincue et joyeuse en sortant du concert ! Splendide !

Cinéma

Je n’ai pas respecté ma résolution 2017 qui consiste à aller plus souvent au cinéma. Seulement deux fois cette année. A ma décharge, le mois fut assez rempli comme vous avez pu le voir, et je n’avais pas trop le moral et la motivation…

cine-janvier2017.png

Assassin’s Creed, Justin Kurzel

Mon homme étant assez fan du jeu vidéo, il était normal que nous allions découvrir le film de Justin Kurzel. Et puis je ne vais pas dire non à un personnage incarné par Michael Fassbender ! Rien de folichon dans cette adaptation, mais un bon respect du concept d’origine et quelques belles images à travers l’Espagne du XVe siècle, durant l’Inquisition. Un film d’action divertissant, rien de plus.

Rogue One : A Star Wars Story, Gareth Edwards

Je ne suis pas accro à l’univers Star Wars, mais j’apprécie tout de même l’ensemble (même si je ne retiens ni la chronologie, ni les noms des personnages). Ce fut là aussi une sortie ciné sympathique, mais pas mémorable. L’histoire est prenante et l’on a envie de savoir comment ça se termine, mais j’ai déjà oublié tous les détails. A voir si vous êtes déjà convaincus par la saga culte.

Ca sera tout pour ce mois-ci ! Et c’est déjà pas mal. A bientôt !

 

Films·Spectacles

Bilan culturel de décembre 2016

C’est l’heure du dernier bilan culturel de l’année 2016 ! Avant toute chose, je vous souhaite une fantastique année 2017, pleine de belles découvertes livresques, de joie, de fantaisie et de folie !

Ce mois de décembre est passé bien vite… Quelques sorties à noter malgré tout.

Spectacles

Harry Potter et l’enfant maudit, Palace Theatre de Londres

harry-potter-and-the-cursed-child

Le 10 décembre, alors que j’étais à Londres pour quelques jours, j’ai passé une bonne partie de la journée au Palace Theatre pour découvrir sur scène la fameuse pièce Harry Potter and the Cursed Child. Je vous invite à découvrir mon avis complet sur la mise en scène dans mon article « Harry Potter et l’enfant maudit au Palace Theatre de Londres » si ça vous dit !

Casse-Noisette, ballet de l’Opéra National de Roussé (Bulgarie)

casse-noisette

Casse-Noisette est le conte de Noël par excellence, il était impensable que le ballet de l’Opéra National de Roussé (Bulgarie) l’interprète tout près de chez moi sans que je sois présente ! A peine rentrée de Londres, je me suis précipitée au conservatoire de ma ville pour découvrir ce fameux ballet de Tchaïkovski.

Ce fut un moment magique qui m’a fait retomber en enfance. Je ne me souvenais plus tellement de l’histoire de ce conte et le ballet ne m’a pas paru très explicite. Mais après la lecture d’un résumé durant l’entracte, j’avais à nouveau les idées en place et j’ai pu profiter de la chorégraphie sans essayer de comprendre le sens. Mondialement connue, la musique de Casse-Noisette m’a emportée : impossible de ne pas fredonner en remuant la tête ! Le tout en admirant les costumes des danseurs… Magnifique ! Ce fut une belle soirée et j’avais beaucoup de place pour mes jambes, un miracle !

Le Comte de Bouderbala

comte-de-bouderbala-2Le dernier jour de décembre, mon amoureux et moi avons choisi de passer le début de la soirée au Théâtre du Gymnase (Paris) pour découvrir le nouveau spectacle du Comte de Bouderbala. Nous avions par hasard découvert son premier spectacle le 31 décembre 2015 et nous avions ri aux larmes !

Cette fois encore, l’humoriste nous a bien fait rire en s’attaquant à tout le monde, comme il sait le faire. Un humour noir bien grinçant qui montre les travers de chacun de nous. Même si j’ai préféré le premier spectacle (la crise de larmes y est pour quelque chose), j’ai quand même bien rigolé avec celui-ci. A découvrir si vous ne connaissez toujours pas ce talentueux orateur !

Cinéma

le-voyage-au-groenland_affiche

Le voyage au Groenland, de Sébastien Betbeder

Je n’avais pas entendu parler de ce film, mais durant mes quelques jours de vacances chez mes parents, nous avons décidé le jour J d’aller le découvrir au cinéma. A la manière d’un documentaire, deux amis partent vivre quelques jours au Groenland, au milieu des glaciers et de la neige. Adulescents, ils se confrontent à la vie groenlandaise, rythmée par la chasse au phoque et à l’ours, à la langue incompréhensible et aux habitants timides.

Ce fut une assez belle découverte, même si j’ai été un peu déçue par le jeu d’acteur des deux comédiens principaux. Je trouvais parfois leurs échanges « faux » et cela m’a dérangé. Malgré tout, ce voyage dans le grand froid fut assez amusant et original.

Voici pour cette fin d’année 2016 ! On se retrouve très bientôt pour mon traditionnel bilan annuel. Bisous !

Expositions et visites·Films·Livres·Musique et concerts·Spectacles

Bilan culturel de novembre 2016

Comme dit dans mon précédent article, j’ai eu un mois de novembre bien rempli. Ca se ressent dans ce bilan du mois, riche et varié.

Exposition / Visite

Jeu de piste « Sous les passages couverts », Paris Ma Belle

jeu-de-piste_sous-les-passages-couverts_paris-ma-belleL’anniversaire de mon amoureux fut l’occasion de tester ce jeu de piste dans Paris. C’était une première pour moi, et il faut dire que c’est un excellent moyen de découvrir des quartiers de Paris en s’amusant.

Le concept : vous vous inscrivez sur le site de Paris Ma Belle pour un jeu de piste, avec une équipe. Le jour J, vous arrivez sur place, et vous découvrez les équipes concurrentes (ce jour-là, nous étions 4 équipes au rendez-vous).

L’animateur explique les règles, fournit une feuille pour noter les réponses aux énigmes que l’on va croiser sur la route, et c’est parti ! Nous devons résoudre une enquête policière en déambulant dans les passages couverts à la recherche d’indices, tout en suivant une feuille de route.

Quelques conseils : ne pas être trop nombreux dans une équipe, sinon il est difficile de se mettre d’accord et de progresser rapidement ; observer tout et n’importe quoi ; ne pas prendre les indices au pied de la lettre (nous avons perdu du temps en cherchant un « escalier » alors que c’était simplement le nom d’un restaurant).

C’était vraiment très amusant et j’ai aimé découvrir les passages couverts de Paris que je ne connais pas vraiment… J’ai eu l’occasion d’y retourner tranquillement depuis et c’est vraiment magnifique !

Nous avons gagné le jeu de piste ce jour-ci, ce fut une victoire encore plus belle pour un anniversaire !

Jeu de piste « Meurtres à Notre Dame – Assassin’s Creed », Qui Veut Pister Paris

qui-veut-pister-paris_assassins-creed

Je ne suis pas une joueuse d’Assassin’s Creed, mais mon amoureux, oui. Devenus adeptes des jeux de piste dans Paris, nous sommes tombés sur ce partenariat Qui Veut Pister Paris / Ubisoft, permettant de résoudre une enquête aux alentours de Notre Dame de Paris, à la manière du jeu vidéo. Aussitôt vu, aussitôt inscrits, en embarquant ma copine A. avec nous !

Les règles sont sensiblement les mêmes que celles de Paris Ma Belle. Cette fois, onze équipes étaient au rendez-vous, et nous avons terminé deuxième. Fiou ! L’enquête était un peu moins intéressante que la première : c’est avant tout une histoire pour les fans du jeu. En revanche, nous étions mieux équipés, avec une sacoche remplie de papiers, carnets, loupe etc… Une mise en condition un peu plus élaborée, mais des indices trop faciles à trouver et une histoire en queue de pie. A re-tester dans un autre quartier, avec un autre contexte !

Musée des Arts et Métiers de Paris

musee-arts-et-metiers-paris.png

Ma copine Ananas a eu la gentillesse de me proposer une visite du musée des Arts et Métiers, disposant de deux invitations. Puisque je ne connais pas de musée hormis son nom, je me suis laissée tenter !

Et je ne regrette pas cette visite : ce musée historique rassemble de belle collections d’objets et d’inventions, témoignages de l’Histoire et des découvertes scientifiques. La pesée, le tissage, l’écriture, la photo, le cinéma, l’échange monétaire, la voiture, le vélo, la motorisation, l’observation du ciel, la mécanique, l’informatique… Toutes les techniques y sont représentées, au travers d’objets plutôt émouvants.

Il faut toutefois un guide à ses côtés pour mieux comprendre et profiter des collections et des lieux, qui manquent cruellement d’explications. Heureusement, ma copine connaissant bien les lieux, elle a pu me guider et me révéler les secrets de cet ancien monastère.

Un lieu étonnant, à découvrir si vous en avez l’occasion !

Spectacle

Issa Doumbia, « 1ère consultation »

issa-doumbia

Un spectacle dont je n’attendais pas grand chose, mais qui faisait partie de mon abonnement au théâtre près de chez moi. Il s’avère que j’ai été agréablement surprise : c’est un fait, Issa Doumbia est un humoriste chauffeur de salle !

Il arrive sur scène après une musique entraînante, déambulant parmi les spectateurs, s’échauffant en lançant des piques à gauche et à droite : les jeunes, les vieux, les femmes, les hommes, les gros, les maigres, les blancs, les noirs… tous en prennent pour leur grade. C’est de l’humour au dixième degré, qui décoince tout le monde et promet une belle soirée déconnade.

Le voici ensuite qui incarne des personnages, à la manière d’un schizophrène fou : le postier antillais, la mama monitrice d’auto-école, le coach sportif… Les répliques ne sont pas toutes drôles et il sollicite parfois trop le public à mon goût, mais il sait manifestement occuper la scène et improviser.

Ce fut une bonne soirée rigolade, sans prise de tête et sans subtilité, mais qui a le mérite de détendre.

Musique

Dub Inc, Zénith de Paris

dub-inc-zenith-paris-2016Je vous parlais déjà de ce groupe fabuleux le mois dernier, pour vous donner mon avis sur le dernier album. J’ai prévu cette sortie au dernier moment, en demandant parmi mes copines qui voulait bien m’accompagner. Merci chère A. d’être venue sautiller avec moi !

Evidemment, comme à chaque fois, j’en suis ressortie pleine de vie, pleine d’espoir, le sourire aux lèvres, le corps fatigué mais défoulé. Ce doit être la cinquième fois que je vois Dub Inc en concert et je ne suis ni déçue, ni lassée. L’ambiance est toujours au top, la salle chante, danse, la bonne humeur est de mise et la chaleur monte à vitesse grand V.

Deux jours après le concert, j’ai regardé s’ils n’avaient pas prévu d’autres dates à Paris, c’est vous dire… Mais malheureusement non. Je ne regrette pas d’avoir acheté ma place au dernier moment !

Orchestre National Russe, Philharmonie de Paris

grandesalle-philharmonie-14-01-2015cafp-charles_platiau-2

J’ai eu l’opportunité d’aller écouter un concert symphonique à la Philharmonie de Paris, grâce au CE de mon boulot, qui proposait des places tip-top à 50% de réduction. J’ai embarqué mon amoureux et mon amie Vivi avec moi.

C’était si beau ! La salle, très originale et aérienne, donne tout de suite le ton : on va écouter de la belle musique ici. Le concert, ensuite, m’a totalement convaincue, même si je n’y connais rien en musique classique, plus encore en compositeurs russes. Malgré le rhume qui s’était déjà emparé de tout mon corps, je me suis laissée bercée par les douces symphonies de Prokoviev (joyeuse et sautillante) et de Chostakovitch (déconstruite, rythmée, déstabilisante). Entre les deux, le chef d’orchestre et pianiste Mikhail Pletnev nous a interprété un concerto pour piano accompagné d’une partie de l’orchestre (doux, mélancolique).

Ce fut une belle soirée, malgré le rhume et la distance à parcourir pour rentrer chez nous ensuite (Philharmonie = La Villette = à l’opposé de chez moi). Je vous suggère fortement de profiter d’une soirée dans cette salle, même si vous n’y connaissez rien !

Cinéma

cine-novembre2016

Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton

N’ayant pas particulièrement apprécié le roman de Ransom Riggs dont est tiré ce film, je me suis tout de même laissée tenter, simplement parce qu’il s’agissait du dernier Tim Burton. Ma première impression était la bonne : je n’ai pas été emportée par cette adaptation, qui m’a semblée assez fidèle au roman. Je ne sais pas vraiment comment expliquer mon avis, si ce n’est en haussant des épaules. L’image est jolie, le concept de l’histoire intéressant, mais c’est tout. C’est un film moyen qui ne casse pas trois pattes à un canard, mais qui n’est pas totalement nul non plus. Tim Burton a perdu de sa superbe, il ne me séduit plus autant qu’avant… Dommage.

Les animaux fantastiques, de David Yates

Cette fois-ci, je ne m’attendais pas à grand chose, agacée par l’importante promotion marketing faite autour de ce film. Mais j’avais envie de le voir tout de même, curieuse de ce nouvel emploi de l’univers de J.K. Rowling. Et curieusement… j’ai adoré ! J’ai passé un excellent moment de cinéma et me suis laissée embarquée par ces créatures mi-bizarres mi-mignonnes, importées à New-York par le farfelu Dragonneau. J’ai particulièrement aimé déambuler dans les rues de la ville en 1920, aux côtés de nos quatre héros très charismatiques et différents. Une belle découverte !

Et voilà pour novembre ! Décembre sera riche aussi, normalement ! A bientôt !

Films·Musique et concerts·Spectacles

Bilan culturel d’octobre 2016

Coucou !

En ce début de saison, vous pouvez constater que les sorties au spectacle reprennent. C’est un beau programme qui m’attend jusqu’à l’été 2017, et je compte bien partager mes impressions avec vous. C’est parti pour octobre !

Spectacles

Le souper, de Jean-Claude Brisville, mis en scène par Daniel Benoin

le-souperJe n’avais pas d’attente particulière en allant voir « Le souper », n’ayant jamais entendu parler de cette pièce. Pourtant, elle m’a fait une forte impression, et après m’être renseignée, j’ai constaté qu’elle avait fait un peu de bruit (dans les JT…).

Il s’agit une pièce « classique », dans le sens où elle respecte la règle des trois unités (de lieu, de temps et d’action). Le lieu : chez Talleyrant, ministre des Affaires extérieures. Le temps : le 6 juillet 1815, durant un dîner. L’action : un dîner, une conversation entre deux hommes, qui va déterminer l’avenir de la France.

Il s’agit donc de suivre les échanges entre Talleyrant, royaliste proche de Louis XVIII, et Fouchet, Président du gouvernement provisoire, républicain jusqu’au bout des ongles. Suite à la défaite de Waterloo et la chute de Napoléon, la France hésite entre république ou monarchie. Les deux camps s’affrontent avec intelligence lors de ce repas auquel on assiste de l’entrée au dessert.

C’est un texte raffiné que nous ont livré là les deux comédiens, excellents par ailleurs, puisqu’il s’agissait de Patrick Chesnais et François Marthouret. Deux pointures, deux hommes d’expérience, pour une conversation haut-de-gamme, des bons mots bien choisis. Un régal pour les oreilles plus que pour les yeux, car finalement, il n’y a que très peu d’action scénique (si ce n’est que les acteurs mangent et boivent réellement).

J’ai bien envie de lire le texte original de Brisville datant de 1989 pour savourer toutes les subtilités de langage. Un texte que je vous conseille si l’histoire, la politique et les jeux de pouvoir vous intéressent !

Fabrice Luchini et moi, d’Olivier Sauton

fabrice-luchini-et-moiTrois choses ont fait que j’ai sauté sur les billets pour aller voir ce spectacle : les avis dithyrambiques, les mentions « coup de cœur du festival des humoristes de Tournon 2014 » et « Prix du public Avignon 2015 » et le titre comprenant « Fabrice Luchini », que j’aime beaucoup.

Ohlalalalala ! L’un des MEILLEURS spectacles de l’année ! Un vrai coup de cœur pour moi aussi ! Olivier Sauton, seul en scène, propose une « conversation » avec Fabrice Luchini, qu’il interprète aussi. Génie des mots, personnage théâtral, caricature à lui tout seul, Luchini « apparaît » alors et nous livre des conseils de lecture et d’attitude, sa vision du monde. Sauton, lui, boit ses paroles et réagit aux propos de l’artiste. C’est donc une joute verbale qui se joue devant nous, le tout avec un seul comédien.

Pas d’imitation caricaturale ou moqueuse, une véritable interprétation – bluffante. On retrouve Fabrice Luchini dans les mots et la manière de se tenir et de parler d’Olivier Sauton, et c’est avec finesse et intelligence. Un hommage à Luchini plein de tendresse qui est aussi truffé de taquineries très amusantes. Une ode à la littérature et au théâtre, aussi.

Il est clair que vous DEVEZ aller voir cette pièce ! Elle est au Théâtre de l’Archipel quatre fois par semaine jusqu’au 31 décembre 2016. Parisiens, Franciliens ou touristes de passage, courez-y !

Dernier coup de ciseaux, de Paul Pörtner

dernier-coup-de-ciseauxEncore une magnifique découverte théâtrale ! Cette fois-ci, c’est l’étonnant concept de « théâtre interactif » qui m’a intriguée. Et quel bonheur ! Effectivement, le public joue une part très importante dans la résolution de cette enquête policière. Les faits se déroulent sous nos yeux (mis à part le meurtre, hors champ), et nous devons participer à la reconstitution des faits (en criant « non, il n’a pas fait ça » ou « attendez, il a pris un objet à cet instant « ), puis à la désignation du coupable. Pas de fin établie, donc, puisqu’elle change selon le public et ses décisions.

Au-delà de cette interaction très riche, très drôle aussi, on peut saluer les comédiens doués pour l’improvisation. Ils sont capables de réagir et d’argumenter lorsque le public les interpelle ou modifie l’ordre des événements, sans que cela semble les déstabiliser.

Une ambiance incroyable est née lors de cette soirée : on a l’impression de participer à un jeu grandeur nature et d’être tous dans la même équipe. Tout un théâtre ! Imaginez la liesse, la rigolade ! Du grand délire façon Cluedo qui fait du bien.

Cette pièce a reçu le Molière de la comédie en 2014. Elle a été créée par Paul Pörtner, dramaturge allemand, en 1963 ! Reprise au Etats-Unis, elle figure dans le Guiness des Records en tant que pièce de théâtre jouée le plus longtemps (plus de 30 ans). Elle tourne depuis plusieurs années en France.

Musique

Trois sorties CD dont j’avais envie de vous parler.

So What, Dub Inc

so-what-dub-incDub Inc, vous le savez peut-être déjà, c’est l’un de mes groupes chouchous, l’un de ceux que je suis depuis des années et que j’écoute en cas de coup de mou.

Ce nouveau album, sorti en septembre 2016, rassemble tout ce que j’aime dans leur musique : rythme, joie de vivre, voix qui me colle des frissons, mélange des langues et des cultures. L’arabe côtoie l’anglais et le français, la voix grave de Komlan s’entoure des notes dansantes de Bouchkour, la musique festive colore des textes parfois en colère, parfois déçus, parfois aimants. On a une fois de plus envie de danser et de chanter à tue-tête ! Une belle découverte.

Vent Debout, Tryo

vent-debout-tryoTryo est aussi l’un de mes groupes chouchous. Un groupe que j’ai vu de nombreuses fois en concert, qui m’enrichit et me rappelle de regarder un peu plus loin que mon nez.

J’attendais avec impatience ce nouvel album, car le précédent était un ensemble de reprises, et l’autre encore avant, un album live. Je voulais des nouvelles chansons, je les ai enfin !

Je suis très heureuse de cet album citoyen, plein d’espoir mais aussi plein d’amertume. Les causes qui tiennent à cœur à Tryo sont de la partie (l’environnement, le monde animal, l’amitié), les voix de Manu, Mali et Guizmo sont unies une fois de plus, sur les rythmes toujours aussi fabuleux de Daniel. On retrouve aussi quelques petites pépites de vieux albums : jeux de mots et de voix entre les chanteurs, humour et cynisme. A découvrir de toute urgence !

Décibels et des silences, Lynda Lemay

lynda_lemay_decibels_et_des_silences_

Lynda Lemay, je vous en ai déjà parlé. C’est une femme que j’admire vraiment beaucoup, une poètesse des temps modernes, qui a le chic pour vous mettre la larme à l’œil et le cœur en miettes.

Cet album ne déroge pas à la règle : il parle de la vie, des bonheurs, des tristesses, des frustrations, des déceptions. Mais il est aussi un peu plus joyeux que d’autres et contient quelques pointes de légèreté et d’humour qui sont comme de belles parenthèses.

La musique y est sans doute pour quelque chose : un peu plus enrichie, plus symphonique, elle accompagne la voix d’ange de Lynda Lemay et lui donne de la consistance. Un bel ensemble qui mérite d’être écouté attentivement en admirant les jolies photos du cahier de paroles.

Cinéma

cine-octobre2016

L’odyssée, de Jérôme Salle

J’ai eu la chance d’être invitée à une avant-première, où étaient présents le réalisateur, Audrey Tautou et Lambert Wilson. Ca a bien entendu rendu le film encore plus magique qu’il ne l’est déjà ! Ce film biographique raconte l’histoire du commandant Jacques-Yves Cousteau et de sa relation avec sa famille, à travers ses nombreuses expéditions à travers le monde. Comme vous vous en doutez, c’est un film beau, qui met en valeur le monde sous-marin et ses merveilles. C’est aussi un film qui pointe du doigt les désastres écologiques causés par l’homme. C’est enfin l’histoire d’un homme ambitieux et de ses proches, d’une famille unie malgré les mensonges et les absences. J’étais vraiment conquise par ces images et par le discours global du film. Les échanges avec les acteurs à la fin de la séance ont enrichi l’expérience. J’ai trouvé Audrey Tautou vraiment très très cool et sympathique ! Un film que je vous conseille donc, si vous souhaitez en savoir plus sur le fameux Cousteau et si vous aimez les belles expériences ciné.

La fille du train, de Tate Taylor

C’est un film que je ne voulais pas manquer, après avoir adoré le roman de Paula Hawkins dont il est tiré. Un thriller psychologique bien adapté selon moi (par le réalisateur de « La couleur des sentiments » par ailleurs). On retrouve les points de vue de trois femmes, Rachel, Megan et Anna, liées par un événement dramatique. Rachel, alcoolique et sans repères, est la clef de tout. Parfaitement interprétée par Emily Blunt, c’est  elle que l’on suit le plus, elle qui va démêler le vrai du faux, en lutte contre elle-même et contre ses détracteurs. Quelques différences avec le livre (action qui se passe aux Etats-Unis et non pas au Royaume-Uni, absence de la mère de l’héroïne…), mais au final, le cœur de l’intrigue est bien là. Le tout est sublimé par la musique inquiétante de Danny Elfman. On est happé par l’ensemble tout comme dans le roman. Une belle adaptation.

Voilà pour octobre ! Rendez-vous le mois prochain pour d’autres découvertes (au moins deux spectacles déjà prévus !).

Expositions et visites·Films

Bilan culturel de septembre 2016

Exposition / visite

L’art de Blue Sky Studios, Art Ludique

affiche-expo-blue-sky-art-ludiqueAu début du mois de septembre, j’ai eu l’occasion d’aller découvrir l’exposition consacrée aux studios Blue Sky, connus pour leurs films d’animation tels que « L’âge de glace », « Horton », « Robots », « Epic » ou « Rio ». Comme l’expo sur l’art dans le jeu vidéo, le musée de l’Art Ludique présentait de nombreux croquis, scénarios ou peintures « numériques » des différents films. On y retraçait à la fois l’évolution des studios mais aussi le développement des films, de la naissance de l’idée jusqu’aux sculptures finales des personnages principaux.

L’expo faisait évidemment un focus sur la saga « L’âge de glace » – un peu trop insistant peut-être, et permettait de s’immerger dans le travail préparatoire et les coulisses de la création. Même si cela m’a beaucoup plu, j’ai tout de même regretté l’absence d’interactions, de mises en scène ludiques… J’ai surtout été touchée et intriguée par les deux courts-métrages diffusés dans deux petites salles le long de l’exposition. Cela varie des dessins et peintures et rend les choses plus concrètes. A développer sans doute !

expo-blue-sky-studios

Escape game : Lock Academy

lock-academy_escape-game

Mon amie A. a organisé pour son anniversaire une petite virée à la Lock Academy, un « live escape game » parmi tous ceux qui existent désormais à Paris. Le concept : par équipe, nous devons résoudre une enquête en 1h, enfermés dans une pièce.

Je faisais partie d’un groupe de novices et nous avions comme mission, suite à un meurtre, de découvrir le tueur, son mobile et l’arme du crime. Un Cluedo grandeur nature ! Pour une première fois, j’ai tout simplement adoré ! Pour 24 € par personne, c’est une belle sortie à faire entre amis.

Nous n’avons pas réussi à tout résoudre avant la fin du chronomètre, mais ce fut une heure d’enquête très amusante, rythmée, inattendue et vraiment drôle ! Notre équipe de quatre a très bien fonctionné, nous manquions seulement d’expérience et de rapidité.

J’en referai sûrement ! Et si vous avez l’âme d’un Sherlock Holmes ou que vous aimeriez retourner tous les objets d’une pièce sans vous soucier du bazar (ce n’est pas mon cas, j’ai commencé à ranger…), les escape games sont faits pour vous !

Cinéma

cine-septembre2016

Dans le noir, de David F. Sandberg

Excellent ! Un nouveau film d’horreur parfaitement rythmé, qui joue sur l’une des peurs les plus communes et irrationnelles : la peur du noir. J’ai sursauté en voyant la bande-annonce, j’ai transpiré durant tout le film. L’histoire d’une mère de famille un peu folle qui parle avec une créature de la nuit tapie dans la maison ; de ses deux enfants qui vont devoir affronter cette chose qui n’apparaît que dans le noir (et qui n’hésite pas à éteindre la lumière). Evidemment, c’est un film conçu pour les amateurs du genre, mais il a réussi à me filer les chocottes avec peu de choses. Belle découverte !

Eternité, de Trần Anh Hùng

OHLALALALA !!! Je crois que j’ai trouvé le film le plus incroyablement chiant de l’année 2016. C’est une belle perle de platitude que cette « Eternité » ! Une ode à la maternité qui contient très peu d’actions et de dialogues, souvent filmée au ralenti sur fond de piano, racontée par une voix off monotone. Trois générations de femmes qui vivent pour pondre, au cœur d’un jardin toujours ravissant, d’une magnifique maison, de maris aimants et dévoués. Pas de noirceur, pas de colère, pas d’orage, pas de problème de couples. Les seuls points noirs dans cette nature morte sont les décès qui ponctuent le temps. Tout le monde est beau, les enfants sont sages, propres et bien élevés, ils sautillent dans le jardin tels de gentils cabris, tandis que les parents amoureux les regardent tendrement… Mon dieu, quelle lenteur, quel manque de vie ! Je ne me souviens pas de m’être AUTANT ennuyée au cinéma. Et le propos global du film qui valorise la femme à travers son rôle de mère, très peu pour moi… A éviter !