Expositions et visites·Films·Spectacles

Bilan culturel de janvier 2016

Coucou !

Beaucoup de spectacles ce mois-ci : je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais entre les cadeaux de Noël, les sorties de dernière minute et les projets de longue date, j’étais chaque semaine dans une salle différente. Et ça fait un bien fou !

Spectacles

pirates-des-caraibes_cine-concert_grand-rex

« Pirates des Caraïbes : la malédiction du Black Pearl », en ciné-concert au Grand Rex

Je suis une grande amatrice de la saga « Pirates des Caraïbes » : ça sent bon le sable chaud, les maudits pirates et les malédictions, je ne peux qu’adhérer ! Pour Noël, mon copain nous a offert deux places pour aller redécouvrir le premier film de la série en ciné-concert au Grand Rex. YOUPI !

Une salle gigantesque, des fauteuils larges et moelleux, un orchestre symphonique, un film énergique… la soirée fut très agréable ! J’étais emportée par les thèmes musicaux ultraconnus du film, et je me retenais de chanter à tue-tête « tintinlintin, tintinlintin, tintinlintin, tintinliiin ! ». Ce type de soirée met beaucoup la musique de film en valeur, on l’écoute, on la remarque mieux. A tenter !

Cats, à Mogador

cats_mogador_affiche

Ce sont à l’origine deux amies qui m’ont proposé d’aller voir cette comédie musicale actuellement à Paris. Je n’ai pas hésité longtemps : un spectacle, une sortie entre potes ? OUI ! Je n’avais vraiment aucune idée de ce que pouvait être « Cats »… une histoire de chats, oui, mais encore ? J’y suis allée à l’aveuglette, accompagnée de cinq amies.

Je dois avouer que j’étais très dubitative à l’entracte : la première partie du spectacle m’a vraiment déstabilisée. Il n’y a donc pas d’histoire ? Pourquoi certains ne ressemblent pas du tout à des chats ? Qu’est-ce que tout cela veut dire ?

Effectivement, il n’y a pas d’histoire, dans le sens « intrigue ». Le spectacle tout entier n’est constitué que de portraits de chats : le chat obèse, le chat magicien, le chat rappeur, le chat déchu… chacun a sa chanson, sa chorégraphie. Je n’ai pas non plus compris toutes les paroles (pourtant en français), puisque la musique live était trop forte à mon goût. C’est pourquoi je me suis beaucoup interrogée durant la première partie du show. Finalement j’ai compris : c’est un spectacle, une comédie musicale à l’anglaise, avec des couleurs, de la joie, du mouvement. L’objectif ? La fête ! On est là pour en avoir plein les yeux, on en a plein les yeux ! Le but est atteint.

cats_mogador_scene

Quand le personnage de Grizabella s’est mis à chanter « Memory » (en version française), j’ai eu une illumination : « HAN, c’est tiré de CETTE comédie musicale !!? » Vous connaissez bien sûr cette chanson culte, qui a d’ailleurs une place toute particulière dans « Cats », puisqu’elle revient à de nombreuses reprises. La dernière interprétation m’a dressé les poils ! J’étais conquise !

Une fois rentrée chez moi, j’ai fait quelques recherches sur « Cats », son historique, son succès… Impossible de dormir ! La semaine suivante, je n’ai pas cessé d’écouter les chansons du spectacle et j’ai parlé de « Cats » à tout le monde. Ils m’ont eue !

Au-delà de la performance musicale, vocale et dansée, je ne peux que vous conseiller ce spectacle, qui vous emporte et vous séduit petit à petit. Le décor, magnifique, les chansons qui restent en tête et la joie de vivre qui s’en dégage font de « Cats » un merveilleux ensemble !

Forever Young, à Bobino

ForeverYoung_afficheC’est la petite déception du mois… Ca arrive aussi avec les spectacles ! Il m’a été proposé par une collègue, qui pouvait m’obtenir des places à tarif réduit. J’ai sauté sur l’occasion.

Le principe ? On se retrouve dans une maison de retraites en 2060, en compagnie de six pensionnaires déjantés qui vont reprendre les tubes de leur jeunesse… soit les chansons d’aujourd’hui !

Très dynamiques, les six comédiens chanteurs mettaient effectivement du cœur à l’ouvrage et proposaient des versions réussies des tubes que nous connaissons tous (Stromae, Daft Punk…). Costumés des pieds à la tête, visage compris, on croyait à leur vieillesse.

Pourtant, pourtant… le spectacle a commencé avec 30 minutes de retard et nous étions à Bobino. Déjà, deux raisons pour que je m’impatiente (souvenez-vous, Bobino fait selon moi partie des salles de spectacle les moins confortables de Paris). Ensuite, le spectacle manquait de mise en scène : ils déambulaient en chantant dans tout l’espace, mais sans réelle chorégraphie, sans raconter d’histoire. Je me suis donc lassée au fur et à mesure… J’avais envie de rebondissements, d’aventure. Finalement, ce n’était pas le sujet du spectacle et j’en étais déçue. Enfin, le tout m’a semblait trop long : j’aurais préféré un spectacle plus court, dynamique et plein de surprise, celui-ci était long, répétitif et un peu brouillon.

Ce n’était sans doute pas pour moi, tant pis !

Jérémy Ferrari, au Trianon

jeremy-ferrari_vends-deux-pieces-a-beyrouth_afficheAutant l’annoncer de but en blanc : Jérémy Ferrari est mon humoriste chouchou ! J’avais adoré son précédent spectacle « Hallelujah Bordel ! », grinçant à souhait et très instructif, j’avais donc hâte de le revoir sur scène.

Une fois de plus, mon copain nous a pris deux places en guise de cadeaux de Noël, pour aller découvrir « Vends deux pièces à Beyrouth », au Trianon pour quelques dates seulement.

Même si je n’ai pas apprécié la salle (encore une fois, j’étais mal installée au balcon et je ne voyais la scène que par intermittence, selon les mouvements de tête des rangs de devant), j’ai ADORÉ le spectacle et l’humoriste !

Cela va au-delà du simple spectacle d’humour : Jérémy Ferrari est un véritable auteur, drôle certes, mais aussi doué, curieux, dérangeant. Il a longtemps préparé ce spectacle en faisant de lourdes recherches et le résultat est là : on apprend beaucoup de choses sur le fondement du terrorisme ou de l’islamisme radical, sur le conflit israélo-palestinien, sur les dessous des cartes, le rôle de la France dans ces histoires, ou même sur les réelles intentions de certaines ONG.

On en ressort décoiffés, enrichis. On se sent plus léger mais aussi plus intelligent. Notre regard est aiguisé et on se dit que certains ont dû avoir les oreilles qui sifflent… L’artiste indique à la fin de son spectacle que tous ses documents de recherche sont disponibles sur son site. Je confirme (et ça fait froid dans le dos !).

Sautez sur l’occasion si Jérémy Ferrari passe près de chez vous : il ne faut pas rater son impertinence et son talent !

Exposition

Bentu, à la Fondation Louis Vuitton

bentu_fondation-louis-vuitton

En juin dernier, j’avais découvert la Fondation Louis Vuitton grâce à l’invitation d’une amie qui y travaille.

Elle a encore frappé ! A la fin du mois de janvier, elle m’a proposé d’assister à l’inauguration de la nouvelle expo de la Fondation, intitulée « Bentu », sur l’art contemporain chinois. Je n’ai pas hésité ! Cette fois, on a eu droit au champagne, que demander de plus ?

J’étais encore sous le charme du lieu, qui est un bâtiment très spacieux, éclairé, où l’on peut circuler sans se frotter aux gens, sans batailler pour admirer une œuvre… Le top !

L’expo en elle-même m’a plu : j’ai apprécié un certain nombre d’œuvres, notamment :

  • un dessin à l’encre sur un rouleau de soie de plus de 13 mètres (« The Virtuous Being », Hao Liang) ;
  • des vidéos de type « chat roulette » où l’artiste s’amuse du voyeurisme pour montrer des scènes insolites ou poétiques (« Strangers : City », Cao Fei) ;

cao_fei_strange.afbb0160340.original

  • une immense carte représentant l’histoire de la Chine (« From Huaxia to China », Qiu Zhijie) ;
  • une gigantesque statue bouddhiste multicolore de 4 mètres de haut (« New », Xu Zhen)

new_xu-zhen

… et d’autres encore ! C’est une belle exposition, qui laisse finalement un goût amer : on sent les regards critiques des artistes chinois, envers le monde mais aussi envers leur propre culture ou leur pays. La nostalgie est très présente dans les œuvres.

A voir si vous êtes dans le coin, ne serait-ce que pour découvrir le lieu, ou pour en savoir plus sur l’art chinois !

Cinéma

Un seul film découvert en salles ce mois-ci ! Je commence très fort pour ce début d’année…

star-wars-le-reveil-de-la-force_affiche

Il s’agissait donc de Star Wars, épisode VII : le réveil de la force, le tout nouvel opus de la saga, réalisé par J. J. Abrams. Je ne suis pas une fan absolue de ces histoires mais j’aime tout de même l’univers. J’avais donc moi aussi envie de découvrir cette suite et je n’ai pas été déçue : j’ai trouvé cet épisode dans la même veine que les précédents, malgré les 10 ans qui le séparent du dernier film Star Wars. J’avais peur qu’il soit totalement décalé dans la manière de réaliser, de monter le film ou de construire l’histoire… mais non ! Les nouveaux héros que sont Rey et Finn m’ont aussi convaincue, j’ai bien envie d’en savoir plus sur leur passé et leurs futures aventures !

Rendez-vous dans quelques semaines pour le bilan de février !

4 réflexions au sujet de « Bilan culturel de janvier 2016 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s