Blabla

C’est parti pour un swap littéraire !

books-livresM’est venue l’idée d’organiser un swap littéraire après avoir demandé qui serait intéressé sur Twitter. Je n’attendais pas tant de réponses ! Finalement, vous êtes quelques uns à vouloir tenter l’aventure. Comme je ne peux pas me lancer dans un swap avec chacun d’entre vous, je vous propose d’organiser ça de manière plus officielle (merci Miss Alfie de m’avoir suggéré cette idée brillante !).

Qu’est-ce qu’un swap ? Il s’agit d’un échange de colis entre deux personnes, contenant diverses petites choses. Le principe est de tenir compte des envies et goûts de son “binôme” et de lui concocter un petit colis charmant (eh oui).

Comme nous sommes tous des lecteurs passionnés, il m’est paru évident que le swap devait être littéraire. Voici ce que je vous propose :

– le coût total du colis ne devra pas excéder 30 €, pour qu’il n’y ait pas de concurrence déloyale.

– le colis comprendra :

– un livre correspondant aux goûts du binôme (il va falloir mener son enquête, héhé ! Aidez-vous des wish-list, des indices semés sur Twitter, Facebook ou sur le blog de votre binôme… bref, débrouillez-vous !) ;
– un autre livre que vous avez envie de conseiller à votre binôme, parce qu’il vous a particulièrement plu ;
– une petite surprise au choix (décoration, sucrerie, marque-page, thé, vernis, n’importe quoi !).

– le colis sera envoyé durant la dernière semaine de février, soit entre le 24 février et le 2 mars 2014.

Si tout cela vous tente, dites-le moi dans les commentaires de cet article. Vous avez jusqu’au 19 janvier 2014 pour vous inscrire. A cette date, je ferai un tirage au sort parmi tous les inscrits, permettant ainsi de créer des binômes. Si par hasard on est un nombre impair, j’aurai deux binômes.

C’est un bon moyen de découvrir des auteurs et des titres, non ? Rire

Pour ceux qui veulent s’inscrire : si vous disposez d’un blog et/ou d’un compte sur un réseau social, n’hésitez pas à partager le contenu de votre colis quand vous l’aurez reçu.

Edit du soir : je vais limiter le nombre de participants à 20, afin que le swap soit gérable de mon côté. S’il y a de la demande, rien ne nous empêchera d’en faire un autre dans l’année. Enfin, sachez que je compte sur les inscrits pour tenir leur parole et jouer le jeu jusqu’au bout.

INSCRIPTIONS CLOSES

Livres

Si c’est un homme, Primo Levi

si-cest-un-hommePourquoi ce livre ?

C’est l’autre jour, chez mes parents, que mon regard a croisé furtivement celui de ce grand classique. Avant d’aller prendre mon train, je lui ai fait un clin d’œil et l’ai caché au fond de ma valise, en lui promettant de le lire très vite. Je peux enfin affirmer avoir lu ce fameux bouquin !

De quoi ça parle ?

Si c’est un homme est le récit des horreurs vécues par Primo Levi à Auschwitz, là où il fut déporté à l’âge de 24 ans, de février 1944 à janvier 1945. Un an de tourments, de torture physique et morale, de perte totale d’espoir et d’envies.

Mon avis

Il est toujours bon de se rappeler qu’il y a 70 ans, un nombre incalculable de gens mourraient dans des camps d’extermination. Parmi ceux qui travaillaient, il y avait un jeune homme de mon âge, l’auteur de ce récit. Savoir cela m’a touchée dès le début de ma lecture. J’ai ensuite été emportée par la façon dont Primo Levi raconte son arrestation et sa déportation jusqu’en Pologne. Il n’emploie jamais de termes larmoyants et ne s’apitoie jamais sur son sort. C’est cela qui est étrange et incroyable dans ce livre hors-norme.Primo-Levi

Par la suite, l’année à Auschwitz est racontée à la manière d’une étude sociologique. L’auteur s’emploie à ne jamais tomber dans le pathos et livre presque froidement ce qu’il a pu voir ou entendre. La façon de lire change alors : on ne lit plus cela comme un récit mais comme un essai. C’est pourquoi mon rythme de lecture a ralenti : je dois l’avouer, cette manière d’écrire m’a parfois ennuyée. En revanche, j’ai lu avec passion le dernier chapitre, dédié aux dix derniers jours de calvaire de Levi et ses compagnons. Le camp, déserté par les Allemands, est abandonné sous la neige. Subsistent encore des hommes malades ou trop faibles, qui luttent pour survivre seuls. Levi reprend un style plus narratif et emmène le lecteur auprès des mourants, dans le froid glacial pour récupérer quelques pommes de terre, sous la couverture de son lit, près du poêle… On s’y croit mais l’on a du mal à l’imaginer.

Si c’est un homme est évidemment un livre à lire une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour se souvenir et pour apprendre, encore et toujours, ce qu’il s’est produit. Cet ouvrage permet aussi de relativiser et de réfléchir à ce dont l’homme est capable par la haine. Un livre indispensable !

LEVI Primo, Si c’est un homme, éditions Pocket, 2012 (1958 pour la version originale), traduit de l’italien par Martine Schruoffeneger, 315 pages

Livres

Je ne suis pas un serial killer, Dan Wells

je-ne-suis-pas-un-serial-killerPourquoi ce livre ?

D’abord parce que la couverture épurée et sadique me semblait prometteuse ; ensuite parce que le titre est en tous points parfait à mon goût. Cela m’a suffit !

De quoi ça parle ?

John Wayne Cleaver est un adolescent âgé de 15 ans qui a la particularité d’être sociopathe : il ne ressent aucune empathie et a des pulsions meurtrières qu’il réfrène depuis toujours en s’imposant des règles strictes (ne suivre personne, dire un compliment quand il a envie de tuer…). Mais il n’est pas aidé par sa famille, qui travaille au funérarium, ni par les événements obscurs qui ont lieu dans la ville : un meurtrier éventreur sévit dans les rues de Clayton County. Il semblerait que John soit le mieux placé pour arrêter ce monstre sanguinaire…

Mon avis

Je ne suis pas un serial killer n’est pas un thriller classique : d’abord, il n’est pas effrayant. En revanche, il est drôle et léger ! Pas de prise de tête au rendez-vous, mais un vrai plaisir de lecture. On s’amuse de suivre les réflexions tordues du jeune John, particulièrement brillant. Puisqu’il est le narrateur, on comprend chacun de ses actes et l’on serait prêt à le défendre corps et âme. Comme l’a signalé le magazine Elle, c’est un peu Dexter, ce John !

Ensuite, ce thriller n’est pas classique parce qu’il n’est pas réaliste : ce n’est pas une histoire qui vous rendra paranoïaque. Le fantastique surgit lors d’un chapitre et j’en fus la première surprise. Bien qu’un peu tirée par les cheveux, l’explication de l’auteur tient la route justement parce qu’il la défend tout le long du livre et finalement, on se laisse porter avec plaisir.

Enfin, le parti pris par Dan Wells, qui est de mettre un ado en avant, luttant contre un serial killer, est un point de vue très original, qui détourne complètement le schéma classique du thriller. Le tueur n’est d’ailleurs pas non plus un psychopathe malade mental comme c’est souvent le cas. Il y a une explication “logique” à ses actes, très culottée certes, mais courageuse.

Ce court roman farfelu est donc un thriller parodique écrit sans fioritures, plein d’humour et de fantaisie. Très simple à la lecture, il n’en demeure pas moins amusant et attrayant. On passe un bon moment, c’est cela qui compte !

Infos complémentaires

L’histoire de Je ne suis pas un serial killer se poursuit dans Mr Monster (sorti en 2012 chez Sonatine) puis dans Nobody (sorti en juin 2013 chez Sonatine également).

mr-monsternobody

WELLS Dan, Je ne suis pas un serial killer, Editions Pocket, 2013 (première édition française chez Sonatine en 2011), traduit par Elodie Leplat, 310 pages

Livres

Le roman du mariage, Jeffrey Eugenides

Jeffrey-Eugenides-Le-roman-du-mariagePourquoi ce livre ?

Il s’agit de la deuxième lecture imposée par le Prix de la Critique Littéraire de Puteaux.

De quoi ça parle ?

Le roman du mariage est une plongée dans les années 80 aux Etats-Unis, sur le campus de l’université de Brown. On y découvre trois étudiants : Madeleine, littéraire passionnée par Jane Austen ; Leonard, scientifique maniaco-dépressif ; et Mitchell, futur-théologien. Un triangle amoureux qui va accompagner leur passage à l’âge adulte.

Mon avis

Le roman du mariage a une faiblesse : il parvient difficilement à décoller. Lourdes de citations, de noms d’auteurs étudiés à l’université ou de professeurs émérites donnant des cours aux trois héros de l’histoire, les cent premières pages dressent un tableau plutôt figé du campus de Brown. Le choix de l’auteur, qui est de ne pas s’attarder au présent et de revenir sans cesse sur le passé des personnages, déroute au début. On aimerait que l’histoire se déroule à un rythme plus soutenu.

Pourtant, vient un moment où l’on s’attache à Madeleine et à ses deux soupirants, Mitchell et Leonard. Tous trois s’acharnent à devenir adultes, en concrétisant chacun des projets de vie. Ainsi, tout en luttant contre la psychose maniaco-dépressive qui le ronge, Leonard essaye tant bien que mal de se réaliser dans un laboratoire et dans les bras de Madeleine. Mitchell, fuyant celle qu’il aime, décide de parcourir l’Europe puis l’Inde, sans toutefois l’oublier. Madeleine, elle, devient la béquille aimante de Leonard. Ce triangle amoureux complique évidemment leurs progressions. Le doute est toujours présent dans leurs esprits : ont-ils fait les bons choix ? Que seraient-ils avec ou sans l’autre ? On se sent donc parfaitement impliqué dans l’histoire, en suivant l’évolution des trois héros.

Les Etats-Unis des années 80 ainsi que les campus américains et les idéaux de la jeunesse sont bien retranscrits dans ce roman. C’est une véritable plongée dans le passé que nous propose l’auteur, en décrivant brillamment l’ambiance des villes américaines. Cinématographique, Le roman du mariage est aussi très bien écrit. Parfaitement construit et détaillé, le style de Jeffrey Eugenides rend la lecture agréable et fluide. Même si elles sont parfois envahissantes, les nombreuses références à la littérature, à la médecine ou à la religion qui peuplent le livre donnent une crédibilité au récit et aux personnages. On a la sensation d’apprendre, tout en ayant plaisir à lire. Un duo gagnant qui permet de parcourir les 550 pages du roman sans jamais éprouver de regret ou d’amertume : oui, on a bien fait de se lancer dans ce pavé qui ne démarrait pas si bien que cela.

EUGENIDES Jeffrey, Le roman du mariage, éditions de l’Olivier, 2013, traduit par Olivier Deparis, 552 pages

Livres

La dernière fugitive, Tracy Chevalier

la-derniere-fugitive-tchevalierPourquoi ce livre ?

Rappelez-vous : en mars dernier, je vous présentais mes auteurs préférés dont fait partie Tracy Chevalier. Son roman The last runaway étant enfin sorti en français, je me suis empressée de me l’offrir. Logique !

De quoi ça parle ?

L’histoire se passe au milieu du 19e siècle. Honor Bright, jeune quaker britannique [pour les incultes comme moi : « quaker” = membre d’un groupement religieux de tradition protestante, dit « Société des Amis », selon le Larousse en ligne] passionnée par la création de patchwork, prend le large pour accompagner sa sœur Grace en Amérique, là où l’attend son fiancé. A peine arrivées, Grace succombe à la fièvre jaune. Honor se retrouve alors seule dans ce pays inconnu. Horrifiée par l’esclavagisme et la méchanceté qu’elle peut observer autour d’elle, elle va pourtant devoir apprendre à rester discrète si elle veut se faire une place dans la communauté des quakers… (Je vous le dis, c’est pas gagné.)

Mon avis

Encore une fois, Tracy Chevalier m’a fait passer un excellent moment de lecture ! Le contexte historique, assez peu connu, donne une dimension concrète à l’histoire. Ce n’est pas seulement celle d’une jeune fille qui prend son envol, c’est aussi un rappel des faits : oui, l’esclavagisme était plutôt bien accepté par les américains blancs, qui argumentaient en sa faveur pour des raisons économiques (HIC !). Oui, il a existé un “chemin de fer clandestin”, réseau secret de routes empruntées par les esclaves en fuite vers le Canada, alimenté par quelques “rebelles” prêts à les aider. Cet aspect historique est donc parfaitement intégré au récit et lui donne de la profondeur, un savant mélange qui passionne le lecteur autant que l’auteur.

Revenons à Honor, l’héroïne de l’histoire. Libre et déterminée, elle lutte (d’abord secrètement puis le visage découvert) pour ses convictions : c’est ce qui fait que dès le début, on ne peut que l’admirer. Fraîchement sortie du nid parental, cette passionnée de couture est tendre et fragile, discrète mais observatrice. Tout de suite, on veut devenir son amie ! Suivre ses péripéties au cœur de l’Amérique, ses joies, ses blessures et ses colères est donc un plaisir immense de lecture.

L’écriture de Tracy Chevalier est, quant à elle, très fluide. La lecture n’est jamais ennuyeuse notamment grâce au rythme de l’histoire. Les chapitres sont toujours construits de la même manière : on suit d’abord Honor et ses péripéties puis l’on termine chaque chapitre par une lettre de la jeune fille, adressée à ses proches. En alternance, ces deux types d’écriture allègent le récit et créent finalement une sorte de suspense : que va-t-elle écrire à ses parents après ce qu’il s’est passé ? Comment va-t-elle parler de tel événement à sa meilleure amie ?

Bref, vous l’avez compris, j’ai tout simplement adoré (et dévoré) La dernière fugitive ! Je n’ai jamais été déçue par Tracy Chevalier, alors si vous aimez un tant soit peu les héroïnes qui ne se laissent pas faire et les romans historiques, vous devriez vous lancer si ce n’est pas déjà fait ! Vivement le prochain !

CHEVALIER Tracy, La dernière fugitive, éditions La Table Ronde, collection Quai Voltaire, 2013, traduit par Anouk Neuhoff, 374 pages

the-last-runawayLa couverture originale n’est pas carrément plus jolie, quand même ?

Blabla·Livres

Le droit de détester

Je revendique aujourd’hui le droit de détester une œuvre, quelle qu’elle soit. Pièce de théâtre, film, livre, peinture, peu importe. J’ai le sentiment qu’il est assez mal vu de dire du mal d’un travail artistique. Prenons l’exemple d’un roman. On part du principe qu’il a été réfléchi, qu’il est l’objet d’un travail de longue haleine pour l’auteur et que pour ça, tout simplement, le lecteur n’a pas le droit de le détester. L’aimer à la folie et l’adorer, bien évidemment. L’aimer comme ci comme ça, aucun problème. Le détester, non.

Franchement, je veux bien qu’il s’agisse d’un travail de longue haleine mais s’il n’a pas su captiver le lecteur et lui a même mené la vie dure pendant un moment, il ne mérite pas d’applaudissements. Cela n’empêche pas de reconnaître qu’il puisse plaire à d’autres personnes.

Je vous parle de ça aujourd’hui car j’ai publié récemment une chronique sur le dernier roman de Marie NDiaye. Elle est certes reconnue, considérée comme un grand écrivain, récompensée par un Goncourt. Problème : j’ai détesté ce livre. Je l’ai trouvé extrêmement compliqué, très pointu et pénible à la lecture. J’ai exprimé mon avis.

Ce livre faisant l’objet d’un Prix de la critique près de chez moi, j’ai déposé ma critique à la médiathèque. Une bibliothécaire m’a alors avoué que j’étais trop dure avec Marie NDiaye et que je devrais me remettre en question en tant que lectrice. Evidemment, je n’ai sans doute pas compris ce roman. Cela explique en grande partie que je le massacre à ce point. Mais ! Mais ! Mais ! Je considère qu’une lecture aussi complexe n’est pas supérieure à une autre plus simplement écrite, comme le laissait sous-entendre cette réaction. D’autres romans, plus agréables à lire, sont moins connus, leurs auteurs moins reconnus et ils provoquent un plaisir de lecture BIEN PLUS GRAND.

Revenons au droit de détester : je constate que les chroniqueurs de Ruquier dans “On n’est pas couchés” sont souvent critiqués sur Twitter quand ils disent du mal d’un livre. “Il est trop dur”, “C’est irrespectueux”… Non ! Dire du mal d’un livre n’est pas irrespectueux. De son auteur, oui. Mais son travail, son œuvre, ce qu’il vient vendre ce soir-là, peut tout à fait être considéré comme inintéressant, aberrant, pénible, insupportable. C’est le droit individuel des chroniqueurs d’avoir détesté ce livre.

Etes-vous d’accord avec moi ou avez-vous le sentiment que je suis complètement à côté de la plaque et que je ne comprends rien aux bons romans ? J’ai peur, faites-moi signe.

Livres

Ladivine, Marie NDiaye

la-divine-marie-ndiayePourquoi ce livre ?

Me voilà réinscrite au Prix de la Critique Littéraire de Puteaux ! L’année a démarré avec ce roman de Marie NDiaye, le voilà donc parmi nous, ici même.

De quoi ça parle ?

Ladivine est un portrait de deux femmes de la même famille : en premier lieu, celui de Malinka/Clarisse Rivière (qui a changé de nom) ; en second lieu, celui de sa fille nommée Ladivine. A travers leurs points de vue, on découvre aussi la mère de Malinka, qui porte le même nom que sa petite fille. Ladivine, donc. Plutôt que suivre leurs péripéties, on assiste à leurs états d’âme et leurs réflexions à travers les années.

Mon avis

En débutant cette lecture, j’ai cru à une blague. Une introduction, un simple chapitre un peu différent du reste du livre, une sorte de préface pour tester le lecteur. L’écriture, lourde et complexe, m’a tout de suite effrayée ! J’ai prié pour que quelques pages plus loin, les choses changent. Que d’un coup, il se passe quelque chose. EN VAIN.

Marie NDiaye réussit la prouesse de tenir ce style littéraire durant TOUT le livre. C’est selon moi la démonstration parfaite de l’expression “parler pour ne rien dire”. Concrètement, si l’on résumait tout le roman, on parviendrait à le faire en une page. L’action est tellement inexistante qu’on manque de s’endormir à chaque paragraphe. Mieux encore : les phrases à rallonge qui effleurent la longueur d’une page ENTIERE ne sont pas si rares que cela.

Je suis vraiment scandalisée par ce bouquin ! C’est, avec Quand Eve raconte la terre du bon Dieu à Adam de Malateste, le roman le plus ennuyeux que j’ai lu de ma vie ! Qu’il ne se passe rien ou presque, passe encore. Mais on ne s’attache même pas aux personnages ! Malinka/Clarisse Rivière est fade à souhait. Elle cache l’existence de sa mère à son mari et sa fille mais on ne comprend pas pourquoi. Elle l’adore, elle la déteste, on ne sait pas très bien. Quant à Ladivine (la fille), qui vit en retrait de sa petite famille, on a aussi envie de la secouer en lui disant : “AGIS !”. La seule façon qu’elle aura d’agir, je peux vous le dire car vous ne lirez pas ce roman, c’est qu’elle disparaît. Ok, super, bravo ma fille, on aimerait des explications.

Ce roman, vendu 21,50 € par le prestigieux Gallimard, est une véritable arnaque. Pour autant d’argent, vous pouvez vous offrir plusieurs poches bien plus passionnants et fantastiques. Et même si comme moi, on vous le donne, ne perdez pas de temps à le lire, il y a bien d’autres choses à découvrir.

NDIAYE Marie, Ladivine, éditions Gallimard, 2013, 403 pages

Blabla

Le dilemme de la presse

Ce titre énigmatique n’est sans doute pas très parlant. Pourtant, c’est un véritable dilemme auquel je dois faire face lorsque j’achète de la presse, qu’elle soit magazine ou non. Hier encore, je suis rentrée chez moi avec, sous le bras, le dernier Courrier International et un numéro spécial de Science & Vie avec des réponses à 100 questions (oui, il faut savoir que j’adore qu’on m’explique pourquoi on a deux narines ou s’il est vrai que les femmes sont plus frileuses que les hommes).

En arrivant, enfer et damnation, ma PAL me saute au visage : en effet, j’ai encore un bon paquet de romans à lire, qui m’attendent sagement mais tristement sur une étagère. Sans compter mon roman en cours, qui semble avoir élu domicile sur ma table de nuit.

Voilà donc le dilemme qui est le mien quand j’achète de la presse : dois-je d’abord lire l’actu, qui risque de devenir obsolète si j’attends trop longtemps, ou préférer mon roman, qui attend que je tourne ses pages en me regardant d’un air accusateur !? C’est à chaque fois un choix terrible que je dois faire.

Avez-vous vous aussi ce genre de problème névrotique ? Rire

Blabla

Mes auteurs préférés

Même si je suis une lectrice exigeante, j’ai quand même trouvé des auteurs passionnants, qui ont su me séduire par leurs écrits. Une petite présentation s’imposait donc !

Boris Vian

Sans conteste, Boris Vian est un auteur que j’aime à la folie (n’ayons pas peur des mots). Je l’ai découvert il y a quelques années, par le biais de L’écume des jours. Immédiatement, ce fut le coup de foudre. Comment avais-je pu passer à côté de cette écriture et de cet homme ? Insouciant et très drôle, Vian était un auteur doué et fougueux. Il ne pensait pas à la vraisemblance ou au raisonnable, mais plutôt à la poésie, la folie et la joie de vivre. Même s’ils peuvent dérouter, ses textes incongrus sont souvent très amusants et dénoncent aussi quelque chose. Quant à l’homme, il me semble en tous points parfait : ce joueur de trompette, malade du cœur mais volontaire, a côtoyé des grands artistes, poètes, hommes et femmes de lettres. Il s’est amusé avec sa plume, avec son nom, a publié sous une autre identité, a choqué, a plu… Bref, il n’a pas laissé son entourage et son époque indifférents. Au passage, sachez que j’aime aussi les chansons de Vian, car même si elles sont d’une autre époque, elles restent d’actualité et me font vraiment rire !

Un livre à lire : L’Ecume des jours

Une chanson à écouter : La complainte du progrès

Boris Vian

Eugène Ionesco

Le coup de cœur pour cet auteur de théâtre se fit durant mes années lycéennes. Faisant partie d’une classe option théâtre, j’ai approché, lu et joué certains de ses textes. L’absurde étant la règle d’or chez Ionesco, je ne pouvais que succomber. Les échanges incohérents et infiniment drôles des personnages de La cantatrice chauve ont eu raison de moi…. Ça m’a suffit  pour que Ionesco devienne l’un de mes auteurs fétiches.

Une pièce à voir : Rhinocéros

Une pièce à lire : La cantatrice chauve

Eugène Ionesco

Tracy Chevalier

Cette auteur américaine a aussi réussi à me charmer à travers ses romans historiques. Qu’il s’agisse d’une époque, d’une façon de vivre ou d’un personnage, Tracy Chevalier parvient toujours à décrire les choses avec justesse. A chaque fois, elle s’attache à une figure féminine, comme c’est le cas dans son roman le plus connu, La jeune fille à la perle. Je vous avais parlé de son roman Prodigieuses créatures, qui m’avait bien plu également. Elle a sorti un nouveau livre en janvier 2013, intitulé The last runaway, mais il faudra attendre encore un peu pour l’avoir en français. Bien sûr, quand ce sera le cas, je vous ferai signe.

Un livre à lire : La jeune fille à la perle

Tracy Chevalier

Jean Teulé

Mon amour pour les livres de Jean Teulé s’est déclaré en ce début d’année 2013. J’enchaîne la lecture de ses romans et n’ai pas encore été déçue. Bien sûr, je le connaissais déjà avant car il y a quelques années, j’avais reçu pour mon anniversaire Le magasin des suicides. La plume franche, acérée et profondément drôle de Teulé est un vrai bonheur. J’aime aussi son goût pour les héros oubliés ou les gens simples. Quant à l’auteur en lui-même, il me semble si sympathique que j’aurais bien envie de le saluer un jour. Il a justement sorti en ce début de mois de mars 2013 un nouveau roman, Fleur de tonnerre, que je lirai sans aucun doute. En attendant, je rattrape la lecture de son œuvre à travers les sorties poche.

Un livre à lire : Le Montespan

Jean Teulé

En relisant ces quelques lignes, je constate que ce qui m’attire le plus dans la lecture, c’est l’humour et les personnages avides de liberté. Et vous, quel sont le(s) point(s) commun(s) à vos auteurs favoris ?