Livres

Le monde de Gordon, Aurélie Daveine

monde-de-gordon_aurelie-daveinePourquoi ce livre ?

C’est Aurélie Daveine elle-même qui me l’a proposé ! Souvenez-vous : en 2012, elle m’avait déjà offert son précédent roman, La femme du Lac Rouge, en version numérique. J’avais bien apprécié ce thriller psychologique, c’est pourquoi j’ai immédiatement accepté sa nouvelle proposition. En papier, qui plus est ! Quelques jours après Noël, j’ai donc reçu Le monde de Gordon dans ma boîte aux lettres.

De quoi ça parle ?

Gordon, quarantenaire, a la particularité d’être schizophrène. Talentueux scénariste, il décide malgré sa maladie de réaliser son propre long-métrage. L’occasion pour lui de faire la connaissance de la jeune Bethany, la fille la plus populaire du lycée, qui se voit offrir le premier rôle du film. Pourtant si différents, ces deux personnages vont s’épauler et tenter de faire aboutir le projet…

Mon avis

C’est un roman que j’ai dévoré en quelques jours ! L’auteure a su m’embarquer dès le début. D’abord aux côtés de Gordon, si désemparé et seul, mais aussi si volontaire et motivé ! Ensuite avec le personnage de Bethany, a priori superficielle et finalement plus complexe qu’elle n’en a l’air. J’ai aimé ce couple atypique, que rien ne rapproche, si ce n’est la solitude.

La construction du roman m’a aussi convaincue : les chapitres alternent entre l’évolution du projet du film de Gordon et le scénario du film lui-même. On suit donc deux histoires, celle de Gordon et Bethany, et celle du film en construction, avec ses personnages et son intrigue fantastique. Petit à petit, les deux récits se mêlent et se rejoignent… On devient nous aussi un peu schizophrène.

Enfin, le style d’Aurélie Daveine, moderne et poétique à la fois, s’accorde parfaitement avec l’ambiance du roman. On est plongé dans le brouillard, le reste du monde semble fantomatique… Toutefois, la fin de l’histoire nous ramène aussitôt dans le réel. On a passé tant de temps dans la pénombre, les yeux mi-clos, que le retour à la réalité et à la lumière crue nous aveugle ! Directe, franche, brutale, c’est une fin qui secoue. Un peu trop rapide, peut-être, mais finalement, avec du recul, j’en suis satisfaite.

A lire si vous aimez les romans mystérieux, les personnages un peu paumés. Merci beaucoup Aurélie, pour ce joli cadeau (dédicacé !).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s