Livres

Dolores Claiborne, Stephen King

dolores-claiborne_stephen-kingPourquoi ce livre ?

Parce que le résumé me tentait bien, que c’est un Stephen King et qu’il faisait partie d’un lot de romans policiers/thrillers/romans noirs gagné l’année dernière.

De quoi ça parle ?

Le roman est un immense monologue : celui de Dolores Claiborne, une femme d’une soixantaine d’années, qui va soulager sa conscience en racontant sa vie. Car on la soupçonne du meurtre de la vieille Vera Donovan, qu’elle a servi durant des décennies, mais aussi du celui de son mari retrouvé trente ans plus tôt dans un puits.

Mon avis

OHLALALALA. Je tiens le roman du début d’année, celui qui a su faire battre mon cœur, qui m’a maintenue éveillée lors d’un long voyage en train, qui m’a émue, m’a étonnée, m’a dégoûtée, celui qui va me rester en mémoire, celui auquel je repense déjà souvent. Bref, c’est un roman puissant, malgré son allure insignifiante.

On le sait tous : Stephen King est un grand écrivain, qui a le chic pour inventer des personnages complexes, torturés et souvent très très attachants. Je pense par exemple à l’excellente Carrie, que j’avais adoré l’année dernière. Mais là, les amis, on a du lourd. Du très lourd.

D’abord, l’idée de ce monologue féminin, adressé à des flics « hors champ », mais aussi à nous, humbles lecteurs. Dolores Claiborne n’inspire pas la sympathie en premier lieu. Elle a tout l’air d’une femme bourrue, qui sait ce qu’elle veut, ni douce ni distinguée. La voilà qui se lance dans le récit de sa vie et elle se révèle : c’est une incroyable conteuse, une femme de caractère qui en a vu de belles. On pourrait même dire qu’elle a vécu le pire. Tout à coup, elle devient une mère attentionnée, une battante, une femme que l’on respecte.

Ensuite, le talent de l’auteur, qui nous immerge dans son récit. Oui, nous sommes attablés avec Dolores Claiborne, on ne la quitte pas des yeux, on boit ses paroles, on se sent investi d’une mission : celle de l’écouter jusqu’au bout sans piper mot. Une écriture solide, riche et convaincante. Elle aurait pu me raconter n’importe quoi, sa liste de courses, un discours politique, une chanson, une blague… Je ne lâchais rien.

Voilà pourquoi je vous prie de lire Dolores Claiborne. 330 pages en version poche, qui s’avalent comme un article de presse, qui se savourent aussi. J’ai pris un coup de chaud, une bourrasque de vent, une pluie d’été sur la tête. Lisez, lisez !

NB : J’apprends que le roman a été adapté en film avec, évidemment (comment cela aurait pu en être autrement ?), Kathy Bates dans le rôle principal. Je vais me jeter dessus.

Affiche du film "Dolores Claiborne", réalisé par Taylor Hackford et sorti en 1995
Affiche du film « Dolores Claiborne », réalisé par Taylor Hackford et sorti en 1995

11 réflexions au sujet de « Dolores Claiborne, Stephen King »

  1. Je n’ai jamais lu de romans de Stephen King jusqu’ici mais ce que tu dis de « Dolores Claiborne » me donne envie de commencer 😉
    D’après la description que tu fais du personnage Kathy Bates doit ( une fois encore ) exceller dans le rôle.

    1. Oui, oui, oui, je te le conseille très fortement ! Pas d’horreur trash dans ce Stephen King très humain. Effectivement, le personnage doit sûrement très bien aller à l’actrice.

  2. Je n’ai pas encore lu celui-là et je suis bien contente de savoir qu’il me reste d’autres Stephen King à lire ! Ma hantise c’est qu’il arrête d’écrire… Et je suis bien d’accord avec toi : c’est un grand écrivain.

  3. J’avais bien aime. J’ai eu ma periode Stephen King il y a quelques annees ou j’en avais devore pas mal. Parfois ca me reprends, j’ai achete Cujo l’autre jour.
    Les 2 que j’avais adore etait la ligne verte et marche ou creve. Ces deux la, je ne pouvais pas lire assez vite tellement j’etais a fond dedans!

  4. C’est un très bon roman, comme la plupart des romans de Stephen King. Et je te conseille vraiment de voir le film, il est extraordinaire, je l’ai vu plusieurs fois, il est vraiment très bien fait (contrairement à beaucoup de films tirés des livres de Stephen King).

  5. Ce roman renvoie à un autre titre de King, Jessie, auquel il fait un clin d’oeil à un moment du récit. L’univers est diffèrent , mais les héroïnes ont finalement pas mal en commun. Ayant tout lu ou presque du maitre de l’horreur, Dolorès Claiborne est un de mes titres préférés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s