Films

Wadjda, un hymne à la liberté

wadjda-affichePourquoi ce film ?

J’en sors à peine, les amis. J’ai juste eu le temps de manger un petit quelque chose, et voilà que je vous ponds un article en urgence. Pourquoi Wadjda ? Simplement parce que j’en ai lu beaucoup de bien. Ca a suffit pour me convaincre.

De quoi ça parle ?

Le film raconte l’histoire de Wadjda, une jeune fille qui vit en Arabie Saoudite. Elle rêve de s’acheter un vélo, pour faire la course avec son meilleur ami Abdallah. Le problème, c’est que les femmes ne font pas de vélo. C’est une question d’honneur. Mais Wadjda, déterminée, n’a que faire de ces diktats masculins ! Elle va tout faire pour obtenir le vélo de ses rêves, même s’il faut gagner un concours de récitation coranique…

Mon avis

Magnifique ! Ce film de Haifaa Al Mansour, première femme réalisatrice saoudienne, n’est pas lourd de reproches et de critiques envers les hommes. Il n’est ni politique ni social. C’est un film d’amitié, un film sur la jeunesse qui met en scène des adolescents plein d’ambition et d’envie de liberté. Wadjda, incarnée par la formidable Waad Mohammed, rêve de ce vélo pour battre son ami à la course, tout simplement. Mais elle n’est pas la seule à vouloir vivre sa vie comme elle l’entend : les jeunes filles de son école ont envie de vernis sur les pieds, de tatouages, de bracelets, d’amoureux… Tout cela est interdit par la directrice, impitoyable avec les règles, l’honneur et la morale. Le jeune Abdallah, admiratif de son intrépide amie, la taquine, la console et lui prête son vélo. Il ne serait pas contre une course, lui non plus. Bref, la jeunesse saoudienne est encore fougueuse, malgré les remontrances des adultes. Elle récite le Coran avec volonté mais finalement, ce qui l’amuse le plus, ce sont les choses les plus simples.

La condition des femmes est aussi l’un des sujets principaux du film, notamment à travers la mère de Wadjda, jouée par Reem Abdullah (une très belle femme d’ailleurs). Elle est aux petits soins pour son mari absent, qui s’apprête à se marier avec une seconde femme, mais on sent qu’elle n’est pas heureuse. Que veut cette femme qui se cache sous son voile ou derrière la porte, qui chante quand les hommes ne sont pas là ? Elle ne le dira pas, mais elle soutiendra sa fille.

Enfin, Wadjda est un film très amusant ! L’héroïne a de la répartie et n’hésite pas à aller de l’avant, contre vents et marées. “Casse-toi”, balance-t-elle à une écolière qui lui explique que des hommes peuvent les voir dans la cour de récréation. Surprenante et cinglante, cette réplique a fait marrer toute la salle… !

J’oublie sûrement des tas de choses que je voulais vous dire… En tout cas, j’ai été bluffée par la jeune Waad Mohammed, qui incarne avec perfection une jeune fille pleine de charme, qui en veut ! Et son prénom est si beau à prononcer. C’est un film à voir. Je vous en conjure, allez-y ! L’histoire de Wadjda fait relativiser… et donne envie de faire du vélo.

2 réflexions au sujet de « Wadjda, un hymne à la liberté »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s