Livres

L’autre côté de l’ombre, Graham Hurley

lautrecotedelombre-hurleyPourquoi ce livre ?

Il m’a été offert à Noël par ma sœur, qui connaît mes goûts littéraires. Un policier avait donc toutes ses chances en ma compagnie.

De quoi ça parle ?

Tout le long du roman, on suit deux personnages qui ont travaillé ensemble par le passé mais n’ont rien en commun aujourd’hui. Il s’agit de Joe Faraday, inspecteur de police honnête et droit, et de Paul Winter, ancien flic reconverti dans la mafia du coin. Dès le début, le premier enquête sur le meurtre d’un promoteur immobilier, mystérieux et parfaitement réalisé. Le second, lui, fait ses premiers pas de mafieux aux côtés de Bazza, le chef de file.

Mon avis

Assez long (615 pages), ce roman perturbe au début : on entre directement dans l’action. Winter assiste à l’enterrement du frère de Bazza. Qui est qui, on a du mal à le savoir aussitôt. Quelques pages plus loin, Faraday commence à enquêter sur un meurtre. Qui est cet inspecteur ? Là encore, on se sent un peu perdu. Et puis petit à petit, les choses se mettent en place. L’alternance des deux récits (un pour chaque personnage) devient alors presque naturelle. En simultané, on suit deux aventures, deux points de vue.

Les deux personnages principaux n’ont rien en commun, si ce n’est qu’ils sont tous deux indépendants. Le travail d’équipe n’est pas vraiment fait pour eux. D’un côté, Faraday semble distant, préoccupé par son fils sourd et muet devenu riche trop vite. De l’autre, Winter ne fait pas une confiance aveugle en Bazza, son nouveau mentor. Dans les deux cas, un suspense se crée alors. Faraday va-t-il résoudre le meurtre du promoteur immobilier ? Winter est-il vraiment ce qu’il laisse entendre (un ancien flic amer ou un infiltré ?). Les réponses se font petit à petit, c’est pourquoi on a vite envie d’en savoir plus !

Les chapitres, d’une longueur idéale, s’enchaînent et se lisent bien. L’écriture fait la part belle aux dialogues, on est alors plus immergé dans les esprits des personnages. Les cent dernières pages sont les meilleures, bien sûr. Tout se résout, chacun se révèle… Derrière les états d’âme des héros, l’auteur dresse un dur portrait de Portsmouth, petite ville d’Angleterre. Les commerçants y sont corrompus, l’argent sale est roi et la mafia contrôle tout, ou presque. Tout cela ne sera pas sans conséquences, même à toute petite échelle, sur certains habitants désespérés…

Un bon roman policier, donc, qui ne propose pas de morale toute faite et montre les bons et mauvais côtés des deux clans que sont la police et la mafia. Un livre idéal pour l’été, je pense !

HURLEY Graham, L’autre côté de l’ombre, Editions Gallimard, Folio Policier, 2011 (2008 pour la version originale), traduit par Philippe Loubat-Delranc, 615 pages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s