Spectacles

Les derniers jours de Stefan Zweig, au Théâtre Antoine

derniersjoursStefanZweig-theatrePourquoi cette pièce de théâtre ?

J’ai reçu deux places à Noël pour y assister. Aimant l’écriture de Stefan Zweig, le théâtre et Patrick Timsit, ça tombait pile poil !

De quoi ça parle ?

Il s’agit d’une adaptation théâtrale d’un roman éponyme de Laurent Seksik. L’histoire raconte les derniers mois du célèbre auteur autrichien. Il les a passés au Mexique avec sa seconde femme, Lotte, avant de se donner la mort, déprimé et écœuré par la nature humaine.

Mon avis

Quand on connaît un peu Stefan Zweig, on sait d’avance que la pièce ne sera ni drôle ni légère. Mieux vaut être prévenu en tout cas, car les plus déprimés risquent d’être déçus. Cela étant dit, le drame n’empêche pas la réussite et l’émotion ! Le metteur en scène, Gérard Gélas, et les acteurs ont parfaitement relevé le défi : rendre compte des états d’âme de Zweig, cloîtré dans son appartement mexicain, et de son épouse Lotte, joyeuse et pleine de vie.

Les deux acteurs principaux incarnent parfaitement ce couple dépareillé. Patrick Timsit campe un auteur défait, sombre et absent, quand Elsa Zylberstein sautille, chante, rit et supplie l’amour de sa vie de lui sourire, ne serait-ce qu’une minute. Difficile entreprise… Car les Allemands nazis tuent des milliers de juifs, là-bas, en Europe, c’est la radio qui le dit.

Même si les Américains nous viennent en aide, qu’importe, le genre humain est mauvais, l’avenir est noir, la vie inutile… voilà comment raisonne Zweig. C’est pourquoi, terriblement conscient du malheur des autres, il décide de se suicider. Une affreuse décision pour nous, spectateurs du 21e siècle, qui savons ce qui s’est ensuite passé. La libération, la chute d’Hitler… Finalement, le bien a combattu le mal. Zweig s’est donc trompé et on le regrette. On a alors envie de lui crier “non, vis, vis ! Tu verras !”, mais on ne le peut pas. Une très belle et néanmoins cruelle manière d’interpeller le spectateur, donc, de lui montrer qu’il a raison, que le personnage a tort, mais que le destin est ainsi fait.

Le personnage de Lotte, quant à lui, est parfaitement interprété par Elsa Zylberstein. Torturée entre son envie de vivre et son amour immense pour Zweig, elle ne sait sur quel pied danser. Pourtant, il lui faudra prendre une décision. Laquelle, je ne vous le dis pas !

timsit-zylberstein-photode-BernardRichebePhoto de Bernard Richebe, tirée du site Agoravox.fr

Stefan-ZweigUn petit salut amical pour Jacky Nercessian, qui joue le rôle d’Ernst Feder, ami intime du personnage principal. Il apporte quelques pointes d’humour au triste spectacle qui se joue devant nous, essaye tant bien que mal de remonter le moral de Zweig en lui lançant des piques et en se passionnant pour son écriture.

Un jeu d’acteur impeccable, donc, pour un texte très émouvant. La mise en scène, lumineuse et simpliste, traduit le contraste permanent qui existe entre Zweig et sa femme. Quand Lotte ouvre la fenêtre pour respirer, Zweig la referme aussitôt. Lui, exilé et favorisé, il ne s’autorisera pas la vie !

Le seul point négatif de cette soirée : le Théâtre Antoine. Etriqué et étouffant, il mériterait un bon dépoussiérage et un aménagement digne de notre époque, c’est-à-dire plus de place pour les jambes. Tous les spectateurs se sentaient vraiment écrasés entre les fauteuils, chacun se tordait dans tous les sens en essayant de maintenir ses genoux en vie… C’est un fait, être mal installé nuit au bon déroulement d’un spectacle ! Cher M. Ruquier, enlevez quelques rangs, pitié.

Quand à la pièce et à la mise en scène, je ne peux que vous les conseiller, même si j’ai assisté à la dernière date. Ils la rejoueront peut-être, qui sait !

Les derniers jours de Stefan Zweig, écrit par Laurent Seksik, mise en scène de Gérard Gélas au Théâtre Antoine, avec Patrick Timsit, Elsa Zylberstein, Jacky Nercessian, Bernadette Rollin et Gyselle Soares.

4 réflexions au sujet de « Les derniers jours de Stefan Zweig, au Théâtre Antoine »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s