Livres

Je vais passer pour un vieux con, Philippe Delerm

roman-delermPourquoi ce livre ?

Je vais passer pour un vieux con fait partie de la sélection 2012-2013 du Prix de la Critique Littéraire de Puteaux, auquel je participe.

De quoi ça parle ?

Comme le sous-titre l’indique (Je vais passer pour un vieux con et autres petites phrases qui en disent long), l’auteur revient dans cet ouvrage sur 42 petites phrases que l’on dit ou entend souvent, à propos de tout et n’importe quoi : la météo, les habitudes, les compliments, les formules toutes faites et autres fantaisies.

Mon avis

On peut abhorrer la voix de Vincent Delerm et se délecter de l’écriture du père. Car Philippe Delerm sait écrire, incontestablement. C’est avec un humour parfois piquant, parfois tendre, qu’il explique des petites phrases du quotidien. En 124 pages, le voilà qui décortique chaque mot, chaque intention, qui remet en cause la véracité des propos. L’auteur s’enflamme pour un hautain “Tout d’abord, bonjour !” venu d’un vendeur impoli, puis il se moque des écrivains commerçants lâchant à tout-va un splendide “J’en parle dans le livre”. Il soupçonne le vantard déçu qui ne peut s’empêcher de préciser qu’il a “fait cinq ans de piano” et pointe du doigt l’hypocrite cuisinière lançant un “C’est vraiment par gourmandise” avant de manger son dessert gras et sucré.philippe-delerm

Le ton n’est pas moqueur, ou si peu. Philippe Delerm préfère répertorier avec malice ce qu’il a sans doute entendu, ce que nous entendons tous en vérité. Ces petites phrases toutes faites qui semblent si banales et révèlent finalement bien plus que cela… Le coup porté au fameux “J’étais pas né” est un délice : comment ne pas s’énerver devant une telle réplique ? La plume est aiguisée, précise, argumentée et drôle, très drôle !

On reconnait l’homme politique, la mère de famille dépassée par les événements, l’oncle ou le cousin, la sœur ou la grand-mère, l’ami et l’amoureux. On se souvient des phrases que l’on a soi-même prononcé. Les situations sont d’ailleurs si réelles qu’on imagine facilement la mise en scène théâtrale de ce drôle d’inventaire.

Il faut en tenir compte, Je vais passer pour un vieux con se goûte et se savoure. Les lecteurs les plus patients sauront piocher quelques pages par-ci par là, en prenant le temps de découvrir l’intégralité du livre. Les autres, curieux et gourmands, engloutiront l’ouvrage en moins d’une demi-heure. Et pourront, sans conteste, s’écrier alors “c’est déjà fini ?”

DELERM Philippe, Je vais passer pour un vieux con, Editions du Seuil, 2012, 124 pages

5 réflexions au sujet de « Je vais passer pour un vieux con, Philippe Delerm »

  1. Tiens hier je me demandais s’il était sympa, celui-ci. Je vais regretter de ne pas l’avoir pris … ce sera pour la prochaine fois !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s