Livres

Les Justes, Albert Camus

les-justes_albert-camusPourquoi ce livre ?

Au début de l’année 2017, je me suis promis de lire plus de théâtre, genre qui fut ma passion et m’orienta un temps vers des études dédiées. Même si je ne fais plus de théâtre aujourd’hui, j’aime toujours en lire. Malheureusement, je ne me tourne pas naturellement vers une pièce de théâtre quand je dois choisir une nouvelle lecture. Cette fois -ci, j’ai pris le taureau par les cornes et me suis motivée pour Les Justes de Camus.

De quoi ça parle ?

Tirée de faits historiques réels, la pièce se passe à Moscou, en 1905. Un groupe de socialistes révolutionnaires projette d’assassiner le grand Duc Serge et organise l’attentat, retranché dans un appartement. Certains semblent résolus quand d’autres se posent mille questions.

Mon avis

Il est toujours intéressant de creuser le sujet du terrorisme, plus encore dans la période que nous vivons actuellement, quelles que soient l’époque, la revendication ou la manière d’agir. La question qui m’intéressait ici était de savoir pourquoi des hommes sont prêts à commettre un attentat et à semer la terreur. Comment vivent-ils cela, intimement ? Quel est leur raisonnement ? C’est une folie d’être prêt à commettre de tels actes, et pourtant, certains le font.

Camus pose cette question à ces personnages dans la première partie de la pièce. Car assassiner le grand Duc implique de tuer des enfants, assis juste derrière lui, dans la calèche. Ne pas le tuer symbolise en revanche de baisser les bras, d’arrêter la lutte sociale… Comme le dit le personnage de Stepan : « Parce que Yanek n’a pas tué ces deux-là, des milliers d’enfants russes mourront de faim pendant des années encore. » Le débat entraîné par cette situation m’a beaucoup intéressée !

J’ai moins aimé la suite de l’histoire : l’attentat a lieu et nous suivons les pensées du terroriste en prison. Je me suis ennuyée dans cette partie de la pièce… Je crois que je me suis désintéressée et j’avais surtout envie que ça se termine. Quel dommage ! Peut-être parce que l’histoire perd sa réflexion philosophique et devient plus politique.

A lire si vous aimez Camus, mais aussi l’histoire et la philosophie ! Une pièce très riche que l’on doit mieux apprécier en l’étudiant – ou en la comparant aux faits historiques.

Livres

Charly 9, Richard Guérineau, d’après Jean Teulé

charly9-guerineauPourquoi ce livre ?

D’abord parce que j’adore Jean Teulé, comme vous le savez ; ensuite parce que j’avais adoré son roman Charly 9 ; enfin parce qu’une adaptation BD avait tout pour me plaire !

De quoi ça parle ?

Tout comme dans le roman, cette bande-dessinée relate l’histoire de Charles IX, qui a ordonné le massacre de la Saint-Barthélémy en 1572. Cet événement terrifiant a bouleversé la vie et la santé mentale du jeune Roi de France…

Mon avis

C’était un vrai plaisir de me replonger dans cette histoire par le biais d’une bande-dessinée ! La fougue de Teulé est omniprésente dans les textes et la folie de Charles IX s’étale sur chaque page, dans chaque dessin de Richard Guérineau. Même si je ne suis pas particulièrement séduite par le trait du dessinateur, j’ai aimé l’utilisation des couleurs pour accompagner le récit, notamment le rouge sang qui envahit l’espace : brutalement dès le début du livre, puis petit à petit, dans le quotidien du roi perdant l’esprit. L’horreur de la Saint-Barthélémy nous saute aux yeux ! C’est un choix très intelligent, qui dit tout avec une seule couleur !

charly9-guerineau_planche

Le personnage fascinant de Charles IX méritait une bande-dessinée, c’est chose faite ! A lire après avoir découvert l’incroyable roman de Jean Teulé, bien évidemment.

Livres

Dewey, Vicki Myron

dewey-vickimyronPourquoi ce livre ?

Il me semble que j’ai découvert l’existence de ce livre l’année dernière, sur un ou plusieurs blogs littéraires (j’ai malheureusement oublié lesquels, si vous vous reconnaissez, faites-moi signe !). L’histoire de ce chat de bibliothèque a suffit à me donner envie de l’acheter, ce que j’ai fait avec ma première paie de vrai job (c’était avant, si vous suivez bien).

De quoi ça parle ?

Dewey n’est pas un roman : c’est le récit d’une bibliothécaire américaine, prénommée Vicki Myron. Elle raconte l’histoire de Dewey, donc, un chat de gouttière roux arrivé par hasard dans sa bibliothèque de l’Iowa. Comment est-il arrivé là ? Quel fut son rôle dans cet espace à première vue inadapté à un animal ? Comment et pourquoi est-il devenu célèbre ? Quels liens a-t-il tissé avec le personnel et les lecteurs ? Une biographie de chat, en quelque sorte.

Mon avis

Dewey est un de ces livres qui donnent du baume au cœur et le sourire aux lèvres. Au-delà même des pages, ce chat hors-norme parvient à toucher le lecteur, à le faire rire, à le réconforter. Arrivé tout petit et transi de froid dans la bibliothèque de Spencer, il grandit et apprend à vivre entouré de livres et de gens différents. Les adultes, comme les enfants, le bichonnent, prennent de ses nouvelles, s’inquiètent de son absence… Très vite, il se fait une place et devient même une attraction locale et touristique : il amuse la galerie mais console aussi les plus malheureux, câline les enfants craintifs, apaise les adultes inquiets.vicki-myron-dewey-library-cat

L’auteur décrit très bien cet engouement suscité par l’animal : la ville de Spencer, où Dewey a vécu, s’est d’une certaine manière développée grâce à ce chat. Il a attiré des médias de toute l’Amérique mais aussi du Japon ! Incroyable mais vrai. On est donc sans cesse étonné par le récit de Vicki Myron et l’on a nous aussi envie de rencontrer Dewey.

A travers l’histoire du chat, l’auteur donne aussi à voir le métier de bibliothécaire, ainsi que sa vie personnelle : en quoi Dewey a été important dans sa vie ? Comment est-elle devenue bibliothécaire ? Comment Dewey lui a permis de renouer les liens avec sa fille ? L’alternance des chapitres sur Dewey et sur Vicki Myron donne de la consistance au récit et permet d’en savoir plus sur l’auteur et sa région, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Dewey est donc un excellent livre-doudou, qui donne aussitôt envie d’embrasser son chat (ou son animal) et de l’admirer. Difficile aussi de résister à la tentation d’aller chercher des photos de Dewey sur internet, pour mettre un “visage” sur l’animal que l’on a découvert, constater ses magnifiques poils roux et ses poses artistiques au milieu des livres. A lire en cas de coup dur !

MYRON Vicki, avec la collaboration de Bret Witter, Dewey, éditions Pocket, 2013 (2008 pour l’édition originale), traduit par Bérengère Viennot, 315 pages

Livres

Le singe de Hartlepool, Wilfrid Lupano et Jérémie Moreau

lesingedehartlepool-bdPourquoi cette BD ?

Le singe de Hartlepool trônait parmi les nouveautés BD de ma médiathèque. Intriguée par la couverture et par le dessin somme toute assez joli et original, j’ai décidé de l’emprunter. Une nouvelle session de lecture de bande-dessinée se dessinait à l’horizon !

De quoi ça parle ?

En 1814, un navire de la flotte napoléonienne s’échoue au large d’Hartlepool, un petit village du Royaume-Uni. Parmi les débris, les villageois découvrent un survivant : il s’agit du singe du navire, vêtu de l’uniforme français, dont le rôle était d’amuser la galerie. Les Anglais, qui détestent les Français et n’ont jamais vu de singe, n’ont alors qu’un seul but : se débarrasser de ce sale Français survivant.

Mon avis

Inspirée d’une légende d’Hartlepool, un véritable village anglo-saxon, l’histoire de ce singe a de quoi décontenancer. D’abord humoristique, elle prend lentement des couleurs plus sombres. Aveuglés par la haine, l’ignorance et le nationalisme, les villageois anglais ne verront jamais que ce survivant n’est qu’un singe. Cette aberration interroge vraiment à la lecture : jusqu’à quel point l’homme est-il capable d’aller lorsqu’il est motivé par la haine ? La bêtise peut-elle à ce point dominer ? Il est clair qu’au fur et à mesure, on se demande si cela a effectivement eu lieu. Impossible de savoir quelle est la part de vérité dans cette légende. Malgré cela, elle reste encore bien ancrée en Grande-Bretagne puisque les habitants de Hartlepool, encore aujourd’hui en 2013, sont surnommés “les pendeurs de singe” (monkey hangers).

Les dessins aux couleurs pastel et aux traits parfois doux, parfois agressifs, ne sont pas déplaisants. Ils illustrent très bien l’ambiance grise et pluvieuse de ce village, la violente tempête, la colère et la hargne des habitants, l’incompréhension de ce singe au regard doux et triste.

Loin d’être amusante, cette bande-dessinée originale a le mérite de faire connaître une légende inconnue par ici, en pointant du doigt la bêtise et la cruauté humaine. A découvrir !

LUPANO Wilfrid & MOREAU Jérémie, Le singe de Hartlepool, éditions Delcourt, 2013, 94 pages