Livres

La petite boulangerie du bout du monde, Jenny Colgan

la-petite-boulangerie-du-bout-du-monde_jenny-colganPourquoi ce livre ?

Je venais de terminer ma précédente lecture et j’étais sans rien sous la dent, quelques jours chez mes parents. Heureusement, ils ont de quoi me ravitailler en cas de besoin. Ma mère m’a tendu ce petit roman coloré en disant : « c’est sympa, un petit bouquin qui fait du bien ». Hop, je me suis lancée !

De quoi ça parle ?

Polly voit toute sa vie partir en vrille : son entreprise fait faillite, son mari ne la comprend plus… Déboussolée, elle décide de tout quitter et de louer une petite maison en ruines sur l’île de Mount Polbearne, dans les Cornouailles. Dans ce lieu paisible, elle va repartir de zéro et réaliser son rêve : ouvrir une petite boulangerie.

Mon avis

J’ai encore trouvé un livre-doudou ! La petite boulangerie du bout du monde est un de ces romans où tout semble rêvé mais où l’on se sent bien. Même si notre héroïne n’est pas au meilleur de sa forme au début du roman, elle va vite remonter la pente et découvrir un lieu sauvage splendide et des habitants à apprivoiser qui vont égayer son quotidien. C’est sans compter sur son talent de boulangère, qui met l’eau à la bouche durant toute la lecture !

Comme indiqué sur la couverture, c’est un roman « chaleureux », qui met à l’honneur l’amitié et l’amour. Quand on a un coup de mou, cela fait évidemment un bien fou ! Un véritable bouquin-cheminée, qui se lit à toute vitesse. On ne lui demande rien d’autre que de nous réchauffer l’âme et le cœur, et il remplit ce rôle à merveille. Un livre qui mériterait d’être adapté en comédie romantique…

Incroyablement optimiste, Polly donne tout ce qu’elle a pour réaliser ses rêves, et ça fonctionne. On aimerait parfois prendre sa place sur son île sauvage. Il y a quelques jours, j’étais sur Ouessant et j’ai eu très envie de m’abandonner sur place avec le vent et la mer comme seuls compagnons, tout comme l’héroïne de ce roman.

Bref, un livre plein d’ondes positives qui fait prendre l’air, même au chaud dans son lit. Pour les amateurs de belles histoires, sans réalisme aucun, mais après tout, peu importe !

Livres

Songe à la douceur, Clémentine Beauvais

songe-a-la-douceur_clementine-beauvaisPourquoi ce livre ?

Suite à l’article de Laura sur Mille vies en une, j’ai eu très envie de me lancer dans ce roman jeunesse original, qui promettait une lecture doudou dont j’avais justement besoin. Le livre étant très joli, je me le suis offert, comme ça.

De quoi ça parle ?

Eugène et Tatiana se sont connus à l’adolescence, le temps d’un été, puis se sont perdus de vue. Dix ans plus tard, ils se croisent par hasard dans le métro parisien. Une rencontre qui va chambouler leur quotidien…

Mon avis

Comme beaucoup d’autres lecteurs, j’ai adoré ce roman ! C’est ce que j’appelle une véritable œuvre, parfaitement conçue pour faire passer un savoureux moment de lecture.

Vous le savez peut-être déjà, mais Songe à la douceur (vers tiré de « L’invitation au voyage » de Baudelaire) est écrit en vers libres (c’est-à-dire sans aucune règle de strophes ou de rimes). La mise en page joue avec les mots, l’ensemble est aéré, destructuré, inattendu. Même si elle peut décontenancer, la forme de ce roman joue un rôle fondamental dans l’histoire et l’expérience de lecture. C’est évidemment ce qui m’a le plus touchée… Moi qui suis une amatrice d’Apollinaire, j’étais comblée par le calligramme de la fin.

Voilà à quoi ressemble tout le roman :

songe-a-la-douceur_p56-57

On pourrait très bien imaginer une lecture à voix haute de ce roman : il est conçu comme un conte, directement formulé par l’auteure, qui s’amuse avec notre curiosité. C’est un regard extérieur que porte Clémentine Beauvais sur l’histoire d’amour d’Eugène et Tatiana, mais elle en sait tout de même plus que nous. Les retours en arrière pour mieux comprendre le présent créent le suspense et pimentent la lecture.

On se sent de suite touchés par nos deux héros, timides, déboussolés, mignons et joueurs ; aussi par l’acte manqué qui détermine toute l’évolution de leur relation.

C’est un véritable roman doudou, un bouquin qui fait du bien, aussi doux que son titre le laisse entendre, magnifiquement créatif et original. Craquez pour ce livre !

Livres

Bord cadre, Jean Teulé

bord-cadre-teulePourquoi ce livre ?

Je l’ai choisi par hasard en faisant mes courses. Un tout petit risque car il s’agit tout de même d’un Teulé.

De quoi ça parle ?

Très court, ce roman raconte l’histoire d’un couple, de sa naissance à sa rupture, en passant par la passion et la déchirure. Marc et Léone, qui se rencontrent chez le peintre Sainte-Rose, vont connaître l’amour fou avant d’entrer en guerre. Un conflit provoqué par leur ami commun, qui propose à Marc, écrivain fragile, d’écrire sur un couple heureux qui se déchirerait. Son but ? Que la fiction remplace la réalité. Marc incarne donc son héros moqueur et méchant pour mieux imaginer son histoire. Un dangereux jeu de rôle qui va mener son couple à la catastrophe.

Mon avis

Bord cadre est un roman rythmé, sur l’amour et la passion artistique. Peut-on détruire ce que l’on aime le plus au monde pour atteindre l’apogée de son art ? C’est en tout cas ce que croient Marc et Sainte-Rose, l’un manipulé, l’autre amusé par ce qui se crée sous ses yeux. Une fois le couple détruit, il pourra peindre le malheur qui se lit dans leurs yeux. Un regard impossible à imiter. Il faut donc qu’il soit sincère et pour cela, le couple doit être malheureux. Tordu, n’est-ce pas ?

Découpé en trois parties principales (Rencontre, Bonheur et Malheur), ce petit livre de Jean Teulé se lit facilement et rapidement. Les courts chapitres rythment la lecture : on observe en accéléré l’histoire d’amour des deux héros ainsi que le mécanisme qui va les mener à leur perte. D’abord tendres, admiratifs et amoureux, Marc et Léone deviennent ennemis. Les déclarations d’amour laissent place aux répliques assassines. Ce qu’ils aimaient chez l’autre devient insupportable. Mais il ne s’agit pas d’un ras-le-bol "ordinaire". Ils incarnent chacun les personnages du roman de Marc, mais se sentent toujours visés personnellement. Une double lecture intéressante et originale, qui fait de cette histoire d’amour une histoire "pas comme les autres".

Bord cadre est un joli petit roman, finalement assez sombre. La fin aurait peut-être pu être évitée. Bien sûr, elle comble et rassure le lecteur, mais elle change légèrement le discours principal du roman. L’amour triomphe-t-il toujours sur la passion ? Jean Teulé donne la réponse, à vous de la découvrir !

TEULÉ Jean, Bord cadre, Editions Pocket, 2011 (1999 pour la publication chez Julliard), 175 pages