Blabla

Mes péripéties du mois de juin

Je suis de retour, après un mois d’absence. Cette fois-ci, l’excuse n’est pas liée au travail ni au manque de temps. Du temps, j’en ai eu. Un stock pas possible ! En revanche, j’étais fortement handicapée et n’ai pas pu me servir de mes bras. Et pour cause ! Une tendinite carabinée, de nature inconnue, m’a immobilisée. Pendant deux semaines, je suis donc restée droite comme un I (j’exagère à peine), à regarder des films au cinéma ou en DVD. J’ai aussi feuilleté un grand nombre de revues. Par contre, je n’ai pas vraiment lu de romans… Les tenir ouverts et tourner les pages me tirait sur les bras, c’est dire.

rouge-gorgeJ’ai quand même trouvé le courage de lire Rouge-Gorge, de Steban, un petit livre léger qui ne m’a pas demandé trop d’efforts. Ce roman, qui me fut offert par Laytchatcha, a été une très bonne surprise ! Il raconte l’histoire de Pierre, un ancien flic à la retraite qui perd la mémoire depuis la mort de sa femme. Il perd un peu aussi la boule et passe son temps à chercher Rouge-Gorge, son chien. Résultat : notre héros vit dans une maison de vieux fous. Un jour, une petite infirmière exécrable est retrouvée morte. Qui est donc le meurtrier ? Pierre, qui a oublié l’avoir commis ? Les autres pensionnaires ? Le kiné, amant de la victime ? Un inconnu venu de l’extérieur ? Mystère et boule de gomme.

Une enquête commence alors. Mais Pierre n’est pas complètement fou : il voit bien que quelque chose de bizarre se passe dans ce lieu sinistre. Il va alors venir en aide à l’enquêteur chargé de l’affaire.

Ecrit à la première personne, ce petit roman interpelle par son style original. Les pensées du héros s’entremêlent avec la réalité, et le résultat, embrouillé, sert parfaitement l’intrigue. Malgré ce charabia mental, on comprend tout à fait de quoi il s’agit et l’on suit impatiemment la trame de l’histoire, qui finit de manière étonnante. L’humour est aussi au rendez-vous, bref, je valide ce bouquin !

Autrement, je vous avais parlé de la remise des prix de la Critique Littéraire de Puteaux : évidemment, je n’ai pas pu y assister. Elle a eu lieu dans un restaurant, donc forcément, sans bras fonctionnels, ça aurait été compliqué. J’étais triste de ne pas pouvoir y participer, c’est toujours agréable de rencontrer des gens qui ont lu les mêmes livres que vous, d’en débattre avec eux.IMG_1301

Grosse surprise, néanmoins. Avant-hier, une dame m’appelle pour m’annoncer qu’un paquet m’attend à la médiathèque. Ni une ni deux, j’y vais, et je découvre trois petits cadeaux. Ils ont été distribués à tous les participants du Prix de la Critique Littéraire, et l’équipe m’a gardé un sac. Voici donc son contenu :

– une boite remplie du Thé des Ecrivains Français, aux fleurs de bleuet ;

– une bougie Comédie Française ;

– un bloc-notes en papier recyclé, Thé des Ecrivains & Comédie Française.

 

Une bien belle consolation, n’est-ce pas ? Je réitère l’expérience l’année prochaine, en espérant assister à la remise des prix, cette fois.

Sinon, maintenant que mes bras sont guéris, j’ai repris le travail. J’écris à nouveau, je vais lire à nouveau. J’ai entamé le dernier tome des Hunger Games. Ensuite, je me lancerai dans la trilogie 1Q84.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s