Livres

L’abbaye de Northanger, Jane Austen

l-abbaye-de-northanger_jane-austenPourquoi ce livre ?

Il m’a été offert par Myrtille lors de mon swap Portrait chinois l’année dernière. Il attendait sagement que j’ai envie de roman classique.

De quoi ça parle ?

A 17 ans, Catherine Morland part dans la petite ville de Bath, en compagnie d’un couple d’amis de ses parents, pour découvrir la vie mondaine. Elle va y faire la connaissance de l’exubérante Isabella Thorpe, mais aussi de l’énigmatique Henry Tilney (et de sa sœur Eleanor). Des jeux d’amitié et de séduction vont rythmer son quotidien…

Mon avis

Jane Austen répond parfaitement à mon besoin de littérature classique lorsque j’en ai besoin ! J’ai retrouvé le plaisir de lecture que j’avais eu en découvrant Orgueil et préjugés : des jolis mots, de belles phrases, des personnages qui s’expriment avec grâce et douceur, qui maîtrisent l’art de la parole et de la tromperie. C’est jouissif de les observer vivre, comme une petite souris invisible.

Evidemment, ces gens ont des problèmes de riches : ce mariage rapportera-t-il assez d’argent ? Cette promenade aura-t-elle lieu ? Comment réagira untel ?  Pourquoi a-t-il tenu ces propos ?

Il faut aimer ce genre de considération, mais Jane Austen ouvre une fenêtre sur l’aristocratie anglaise du 18e siècle et ravit notre curiosité. C’est élégant, amusant, j’aime !

Les personnages sont bien construits et présentés : on se souvient de leurs noms, de leurs caractères, de leurs actions… Et l’auteur s’amuse avec l’écriture,  en apparaissant parfois en tant que narratrice, nous expliquant pourquoi elle écrit ou n’écrit pas cela sur son héroïne. L’ironie est aussi présente dans ses propos : elle joue avec son personnage, avec ce qu’elle devrait être en tant qu’héroïne, puis lui change son comportement, son destin.

La présence de l’auteure et la beauté des mots font de ce roman un délice de lecture. On a le même regard naïf et admiratif sur cette histoire que Catherine sur les mondanités qui l’entoure. C’est chouette !

Livres

Orgueil et préjugé, Jane Austen

orgueil-et-prejugePourquoi ce livre ?

Parce qu’il était temps !

De quoi ça parle ?

L’histoire se passe dans l’Angleterre du 18ème siècle, au temps des belles robes, des bonnes manières et de l’hypocrisie générale. On suit les aventures d’Elizabeth Bennet et de sa famille, principalement préoccupée par le mariage. L’arrivée d’un nouveau voisin, M. Bingley, va bouleverser l’ordre des choses…

Mon avis

Il m’aura fallu du temps pour découvrir la plume de Jane Austen mais c’est enfin chose faite et j’en suis ravie ! Elizabeth par ci, Darcy par là… Les deux héros de ce roman classique sont on ne peut plus admirés sur la blogosphère littéraire et il faut avouer qu’on se sent un peu perdu lorsque “Darcy” ne nous évoque que Bridget Jones. C’est pour cette raison, mais aussi par curiosité, qu’il était donc nécessaire que je découvre ces amoureux.

J’ai certes eu du mal à me lancer : il m’a fallu un temps d’adaptation à la langue de l’époque, aux formulations alambiquées et aux bons mots de l’auteur. Car on ne lit pas Jane Austen vite fait bien fait. La concentration est de mise, mais c’est pour mieux savourer chaque conversation, chaque réflexion. Après avoir plongé dans l’ambiance théâtrale du roman, on ne peut s’en défaire car il est évident que nous faisons nous aussi partie des bals, sorties dans les parcs, discussions de salon et autres confidences épistolaires.

L’héroïne, rebelle et féministe avant l’heure, affirme son caractère avec tant de verve et de répartie qu’on a envie de l’applaudir régulièrement. Mais elle est aussi pleine de préjugés et apprendra au fil des pages à dépasser les apparences. M. Darcy, cet homme si orgueilleux et malpoli, pourrait bien être un honnête et discret admirateur…

Orgueil et préjugé est un roman parfaitement mis en scène. Avec très peu d’action, l’auteur parvient à retranscrire une époque, une ambiance. On aimerait enfiler une longue robe à froufrous et se pavaner avec les sœurs Bennet, chuchoter d’incroyables rumeurs aux cousines, oncles et tantes, jouer à l’amoureuse résistant la tête haute. C’est un livre qui réveille en nous les envies de théâtre et de déguisements, tout en questionnant le monde d’hier et les priorités des bourgeois anglais du 18e.

J’aimerais maintenant découvrir les adaptations cinématographiques qui ont été faites de ce roman. Laquelle me conseillez-vous ? Le film avec Keira Knightley ou la série de la BBC ? Si vous n’avez pas encore lu ce roman et que vous avez besoin d’une bonne dose de classique et de talent, lancez-vous !

AUSTEN Jane, Orgueil et préjugé, éditions du Rocher, collection Motifs, 2004 (édition originale de 1813), traduit par Béatrice Vierne, 623 pages