Livres

Dewey, Vicki Myron

dewey-vickimyronPourquoi ce livre ?

Il me semble que j’ai découvert l’existence de ce livre l’année dernière, sur un ou plusieurs blogs littéraires (j’ai malheureusement oublié lesquels, si vous vous reconnaissez, faites-moi signe !). L’histoire de ce chat de bibliothèque a suffit à me donner envie de l’acheter, ce que j’ai fait avec ma première paie de vrai job (c’était avant, si vous suivez bien).

De quoi ça parle ?

Dewey n’est pas un roman : c’est le récit d’une bibliothécaire américaine, prénommée Vicki Myron. Elle raconte l’histoire de Dewey, donc, un chat de gouttière roux arrivé par hasard dans sa bibliothèque de l’Iowa. Comment est-il arrivé là ? Quel fut son rôle dans cet espace à première vue inadapté à un animal ? Comment et pourquoi est-il devenu célèbre ? Quels liens a-t-il tissé avec le personnel et les lecteurs ? Une biographie de chat, en quelque sorte.

Mon avis

Dewey est un de ces livres qui donnent du baume au cœur et le sourire aux lèvres. Au-delà même des pages, ce chat hors-norme parvient à toucher le lecteur, à le faire rire, à le réconforter. Arrivé tout petit et transi de froid dans la bibliothèque de Spencer, il grandit et apprend à vivre entouré de livres et de gens différents. Les adultes, comme les enfants, le bichonnent, prennent de ses nouvelles, s’inquiètent de son absence… Très vite, il se fait une place et devient même une attraction locale et touristique : il amuse la galerie mais console aussi les plus malheureux, câline les enfants craintifs, apaise les adultes inquiets.vicki-myron-dewey-library-cat

L’auteur décrit très bien cet engouement suscité par l’animal : la ville de Spencer, où Dewey a vécu, s’est d’une certaine manière développée grâce à ce chat. Il a attiré des médias de toute l’Amérique mais aussi du Japon ! Incroyable mais vrai. On est donc sans cesse étonné par le récit de Vicki Myron et l’on a nous aussi envie de rencontrer Dewey.

A travers l’histoire du chat, l’auteur donne aussi à voir le métier de bibliothécaire, ainsi que sa vie personnelle : en quoi Dewey a été important dans sa vie ? Comment est-elle devenue bibliothécaire ? Comment Dewey lui a permis de renouer les liens avec sa fille ? L’alternance des chapitres sur Dewey et sur Vicki Myron donne de la consistance au récit et permet d’en savoir plus sur l’auteur et sa région, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Dewey est donc un excellent livre-doudou, qui donne aussitôt envie d’embrasser son chat (ou son animal) et de l’admirer. Difficile aussi de résister à la tentation d’aller chercher des photos de Dewey sur internet, pour mettre un “visage” sur l’animal que l’on a découvert, constater ses magnifiques poils roux et ses poses artistiques au milieu des livres. A lire en cas de coup dur !

MYRON Vicki, avec la collaboration de Bret Witter, Dewey, éditions Pocket, 2013 (2008 pour l’édition originale), traduit par Bérengère Viennot, 315 pages

Livres

L’alchimiste, Paulo Coelho

lalchimiste-coelhoPourquoi ce livre ?

Je ne sais plus quand ni par qui j’avais entendu parler de ce roman sur Twitter, qui semblait apaisant et passionnant. Je me le suis donc offert il y a quelques mois mais n’ai commencé sa lecture que la semaine dernière.

De quoi ça parle ?

L’alchimiste raconte l’histoire de Santiago, un jeune berger espagnol. Un jour, il rencontre dans un petit village un vieux monsieur très étrange et lui raconte un de ses rêves, dans lequel il trouve un fabuleux trésor au pied des Pyramides d’Egypte. Le vieux le pousse alors à partir à la recherche de ce trésor. C’est ainsi que Santiago prend la mer, arrive au Maroc, et débute ainsi son aventure.

Mon avis

L’alchimiste n’est pas vraiment un roman. C’est un texte philosophique et initiatique qu’il ne faut pas prendre au pied de la lettre. On risquerait sinon de prendre l’auteur pour un fou adepte des substances illicites, notamment lorsqu’il fait converser le héros avec le Vent, le Soleil et Dieu lui-même. Une fois que l’on a compris cela, on peut se plonger sans problème dans cet univers épuré.

Santiago n’est qu’en fait qu’un élève, un disciple. Il suit les conseils du vieux rencontré au début du roman, et se laisse porter par ce qui l’entoure. Il se fait piéger par un voleur ? C’était écrit. Il aide un marchand de cristaux durant un an ? Que ce soit ainsi. Le trésor attendra. De cette manière, les rencontres et les choix qu’il fait orientent son destin.

Tous ces petits évènements, qu’il appelle signes, le mènent à l’Alchimiste, donc. Loin d’être un personnage clef de ce livre (comme le sous-entend le titre), ce dernier n’est qu’une rencontre de plus (selon moi). C’est celui qui aidera Santiago à trouver ce qu’il cherche, en lui apprenant à faire confiance au reste du monde, aux éléments terrestres et au destin.

Pas de suspense fou furieux, de rebondissements haletants ou d’évènements transcendants dans ce roman, donc. Il s’agit plutôt d’un conte philosophique, qui fait réfléchir le lecteur sur ce que l’on veut vraiment, sur les façons d’atteindre son but, sur sa véritable destinée. Une façon de réveiller la part de rêve qui vit en chacun de nous. A lire !

COELHO Paulo, L’alchimiste, éditions J’ai Lu,  2010 (1994 pour la première publication française, 1988 pour l’originale), traduit du portugais par Jean Orecchioni, 191 pages