Livres

Le dîner, Herman Koch

le-diner_herman-kochPourquoi ce livre ?

C’est sur Twitter qu’un lecteur m’avait donné envie de découvrir ce roman. Je n’ai pas tardé à l’acheter mais il a attendu son tour assez longtemps sur mon étagère.

De quoi ça parle ?

Paul, le narrateur, a ce soir-là un dîner prévu dans un grand restaurant, en compagnie de sa femme, son frère, le célèbre Serge Lohman, et sa belle-sœur. Malgré les apparences et les banalités échangées durant une bonne partie du repas, le but de cette rencontre est tout autre : parler de ce qu’ont commis leurs fils respectifs.

Mon avis

On a du mal à croire qu’un roman de près de 400 pages puisse se consacrer exclusivement à un repas dans un restaurant, partagé entre quatre personnes d’une même famille. Pourtant, Herman Koch réussit cette prouesse sans jamais nous ennuyer. Divisé en six parties que sont l’apéritif, l’entrée, le plat, le dessert, le digestif et le pourboire, Le dîner commence avec humour et légèreté. Paul n’a aucune envie d’aller manger avec son frère imbus de sa personne et son regard cynique sur le monde et sur ses proches font sourire.

Les choses prennent une toute autre tournure au fur et à mesure des pages : le discours cynique devient sombre, les révélations surprennent et ce roman qui semblait humoristique devient grave, pesant, intense. L’auteur parvient donc à faire glisser le curseur de manière très subtile : on ne s’attend pas à la raison de ce fameux dîner et à la complexe personnalité de Paul.

Surprenant : voilà comment je qualifierai ce bouquin écrit avec talent. Une bonne lecture que l’on termine les yeux écarquillés et presque essoufflé. Fiou !

KOCH Herman, Le dîner, éditions 10 18, 2013 (édition originale de 2009), traduit par Isabelle Rosselin, 356 pages