Livres

Walking Dead, 1. Passé décomposé, Robert Kirkman, Tony Moore et Charlie Adlard

walkingdead-tome1Ca, c’est du titre d’article. Mais bon, soyons sérieux, j’allais pas laisser un auteur de côté ou réduire le titre pour le plaisir des yeux. Clignement d'œil

Pourquoi ce livre ?

C’est de la faute d’Aniouchka, blogueuse littéraire particulièrement douée pour parler de ce qu’elle aime lire. Du coup, à force de la regarder baver devant ces comics, j’ai craqué. J’ai acheté le tome 1, juste pour essayer. Avant de pouvoir le feuilleter, j’avoue que j’avais peur des dessins. Qu’ils soient effrayants et surtout, qu’ils soient moches (disons-le tout net). En fait, à peine ouvert, j’étais agréablement surprise alors je l’ai pris.

De quoi ça parle ?

Il s’agit donc d’un comic américain en noir et blanc, qui raconte l’histoire d’un groupe de survivants dans un monde peuplé de zombies baveux et décomposés (miam miam). Tout commence avec Rick, un jeune policier qui sort du coma à l’hôpital, après s’être fait tirer dessus. Il comprend rapidement que le lieu est infesté de zombies… Que s’est-il passé pendant son “absence” !? Avant d’éclaircir tout ça, sa priorité est de retrouver sa femme et son fils. Le voilà qui erre donc de maisons en maisons, avant de tomber sur un groupe d’humains survivants.

Mon avis

Vous en dire plus serait très vilain. Je dévoilerais toute l’intrigue du tome 1 qui, je dois bien l’avouer, n’est pas très riche en rebondissements mais a le mérite d’introduire toute la série en expliquant bien dans quel monde se trouvent les personnages principaux. On se sent nous aussi pris au piège, perdus au milieu de ces zombies repoussants, sans comprendre comment on en est arrivé là. Aucune explication sur ces mutations éclair, donc, mais un suspense très agréable. A peine lu, ce premier tome donne évidemment envie d’en savoir plus… et de lire le tome 2 [RHA].

Quant aux dessins, j’étais vraiment surprise. Réalistes et très détaillés, ils alimentent le suspense et l’addiction. Les hordes de zombies sont particulièrement effrayantes, je ne les ai donc pas minutieusement observées… Toujours est-il que rien n’est caché. On voit tout, les morsures, les yeux qui pendouillent, les artères et muscles mâchouillés, les cris à peine esquissés, les larmes des personnages, les flocons de neige, les étoiles…

Bien sûr, la joie de vivre n’est pas au rendez-vous. Les personnages ont peur, leurs craintes et leurs regrets les envahissent et provoquent des tensions au sein du groupe. Plus qu’une description banale de zombies, Walking Dead est une réflexion sur la survie en groupe.

Pour vous faire une petite idée, on retrouve la même angoisse que dans 28 jours plus tard et 28 semaines plus tard. Je ne connais pas la série télé mais vu son succès, il doit s’agir d’une bonne adaptation. A voir plus tard, donc. En attendant, je vais sans doute me pencher sur la suite. Je ne suis pas sûre de vous en reparler ici car tout cela serait sans doute redondant. Rendez-vous sur Twitter, les amis !

KIRKMAN Robert, MOORE Tony, ADLARD Charlie, Walking Dead, tome 1 “Passé Décomposé”, Editions Delcourt, 2007, 136 pages